Imprimer
0
0
0
s2smodern
powered by social2s

Allo ça coule ... non mais ça flotte !

Après le stage de Dinard en juin 2011, comme après les stages entre 1972 et 1974, le même désarroi est de mise : Puis-je encore aider à la natation de demain ?

Plus je pratique, expérimente, étudie plus j’ai l’impression de ne plus savoir, entre cet espace temps de mes débuts de MNS en 1967 où j’ai connu l’enseignement de la brasse à l’aide de l’appareil Trotzier (Voir ci-dessous) et après mon retour auprès de Raymond en 2011, je me retrouve dans la situation d’un débutant en course à pied qui regarde un champion olympique qui utilise un autre couloir sur le même stade.

Et même je conduis une deux CV et Raymond roule en Ferrari.

Heureusement que les apprenants (surtout du troisième âge) qui me demandent de l’aide me permettent de reprendre « pieds » dans l’action. C’est tout une recréation.

Je suis toutefois rassuré par rapport aux Éducateurs - MNS diplômés de la piscine de ma ville qui en sont encore à ce que je ne fais plus depuis 35 ans : Brasse avec ceinture, planche et frite.

Le chef de bassin est même intervenu pour me signaler que je n’avais pas le droit d’enseigner.

Malgré mon interrogation sur ma compétence, je ne reviendrai pas à l’usage de l’appareil Trotzier de mes débuts de MNS en 1967.  Même si je fais partie de certains vieux « qui ont » de l’âge, l’usage du tabouret ne n’est vraiment plus possible.

b_450_110_16777215_00_images_oziogallery3_divers_trotzier.jpg

À l’eau s’il vous plait et dans le grand bain !

Gérard G.

 

0
0
0
s2smodern
powered by social2s