Pin It

 RENDONS À CESAR

OU RENDONS AUX CESAR… ce qui leur revient...

 … dans la nécessité de rendre compte de l'environnement éducatif que constitue le séminaire de Dinard.

 

N'oublions pas que le terrain avait, de longue date, été travaillé et ensemencé avec persévérance et obstination par notre ami Claude LEPAGE, faisant naître les structures et formant les hommes pour les animer. 

Claude LEPAGE

Si Daniel BOUCHET fut un de ses brillants élèves et disciples, son rôle d'instigateur, d'organisateur et de coordonnateur, sa vision éclairée alliée à son ouverture d'esprit pour se lancer à contre-courant des pratiques les plus développées n'ont rien de banal.

Nous dira-t-il un jour son cheminement pour passer de journées d'information aux séminaires d'une semaine et désormais deux semaines ?

Cette organisation unique en France suppose la profonde convergence des visées éducatives de l'Education nationale, en la personne de Monsieur MARC et des professeurs des écoles, de la Municipalité de DINARD, du CREPS, du CLUB et des formateurs associés à la mise en œuvre des séminaires.

La réussite de Daniel n'est pas le fruit du hasard !


Je dois attester que nulle part en notre pays, un représentant de l'Éducation Nationale n'avait envisagé de rendre possible l'accès de classes de l'école primaire DEUX fois par jour pendant DEUX semaines à la piscine.

D'autres tentatives ont échoué parce que les représentants de l'Éducation Nationale n'ont pas osé envisager cette expérimentation.


Ce dispositif se révèle avantageux pour les formés et pour les formateurs en herbe. Il permet d'accumuler les expériences de chacun.


Pour les stagiaires, cette pratique rend crédibles un certain nombre de discours et permet de vivre une genèse de la construction de leur natation par les enfants.

Si tous les stagiaires peuvent apprécier la rigueur et la précision d'une organisation sans failles des séances pratiques pour que chacun puisse s'exprimer et s'exercer en situation pédagogique réelle, ils le doivent aux talents de Laurence LE MOAL qui prolonge ainsi son apport à la formation pédagogique tout au long de l'année.

Son investissement dans le recueil des données et la construction du DVD en font un "maillon très fort" de notre équipe.

Une solidarité active fait entrer en jeu des stagiaires privilégiés par leur vécu : parce qu'ils ont cumulé plusieurs stages de ce type, (cinq ou six et jusqu'à vingt !!!). Généreusement ils se mettent au service des "novices" en leur faisant part de leurs propres difficultés vécues pour passer d'une pédagogie du mouvement à une pédagogie de l'action, des obstacles rencontrés pour assimiler les fondements théoriques et se les incorporer. Ils ont nom : Gabriele, Marie-Françoise, Thierry, Éric, Daniel, Jean-Christophe, Nicolas, Céline … (j'ai bien peur d'en omettre trop !).

Leur conviction commune = la nécessaire continuité de la formation pour maîtriser leur pratique.


Leur obstacle majeur partagé = l'ignorance de leur hiérarchie par rapport à cet enjeu de la formation permanente de ceux qui acceptent de s'investir pour accroître sans cesse la qualité de leur enseignement et la partager ou la mettre au service de leurs collègues.


Je les appelle "TUTEURS" et les remercie de leur précieuse collaboration.


Lorsqu'ils me disent que former les autres contribue à leur propre formation, je partage leur conviction.

RENDEZ-VOUS aux anciens et aux nouveaux si le prochain SÉMINAIRE peut se réaliser au CREPS de DINARD. 

raymond

 

 

Pin It

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir