Pin It

Connaissances ou compétences ?

 

Bonjour mes amis,

"L'observateur encore (et toujours) impertinent" s'évertue à faire avancer le débat, les questions posées sont toutes importantes pour que nous conprenions mieux mais je trouve que nous acceptons trop facilement de ne pas tenter d'y répondre.

Dans l'avant dernier article, la question "Que doit on entendre par connaissance forte de notre discipline?" est restée sans réponses. Je me lance …

  • Une connaissance historique de la natation que les nageurs construisent ("Comment les hommes construisent la natation")

  • Des connaissances pédagogiques "larges" (Piaget, Paillard) plus spécifiques (Catteau)

  • Des connaissances psychologiques et physiologiques

  • Des connaissances qui permettent d'observer de la façon la plus objective possible (modèle théorique : pour observer quoi, ne pas tomber dans les pièges de l'observation)

  • Des connaissances qui permettent, parmi la multitude de données que recueillent une analyse de course de retenir celles qui sont subordonnantes

Qu'en pensez vous ? je pense avoir oublié beaucoup de choses.

M

 

M, je rajouterai deux éléments dans ce que tu donnes comme éléments de réponse.

D'abord je m'attacherai à transformer les connaissances en compétences. Certains de nos collègues nous perçoivent comme des personnes fermées sur nos connaissances et ne voulant pas prendre en compte les connaissances, les pensées des autres. Cela nous pose problème parfois pour aller plus loin. Il ne nous suffit pas d'avoir les connaissances ou de penser qu'avec telle ou telle connaissance/document nous serons plus pertinent ou performant.

Il convient - pour moi - d'aller plus loin. Apprenons à être curieux, à observer, à analyser, à prendre des risques, à réguler, à ré inventer, à imaginer, à se dépasser me semble être nécessaire pour agir et s'approprier les connaissances, les compétences de notre discipline.

Plus j'avance dans ma vie, dans les formations etc... et moins j'attache d'importances aux contenus de formation pour tenter de susciter ces compétences chez les stagiaires. Je tente aussi de placer le nageur au centre du dispositif en passant du temps à prendre en compte celui qui est devant nous plutôt que celui des livres ou des croyances !!! Mesurer l'écart entre le nageur face à moi et établir les corrélations avec le modèle théorique du nageur est pour moi fondamental. Apprenons à se construire notre propre référentiel. Néanmoins, il apparait que les points cités par M sont des "balises" incontournables dans le cheminement de l'entraineur.

Le second point concerne la faculté que nous devons avoir de relier toutes ces thématiques entre elles et ne pas tomber dans le découpage de ces notions. A nous et aux entraineurs de prendre en compte ces outils, connaissances et compétences dans la complexité. C'est très difficile. Cela nécessite de vivre des situations et de sortir de chemins actuels ou nous avons parfois des séances dites techniques, puis des séances dites physio etc... L'acte et la réflexion pédagogique étant subordonné à la mise en oeuvre. Cela doit nous interroger et je ne suis pas persuadé que nous puissions le décréter sans l'accompagner !

Ma modeste contribution qui j'espère fera avancer le débat !

Bien amicalement à tous,

DN

 

Bonjour,

En plus de la connaissance du modèle théorique (donc de la connaissance de la manière dont le nageur tire profit des lois physiques du substrat) et des connaissances historiques, pédagogiques, physiologiques ou encore psychologiques évoquées par M, les connaissances didactiques (quoi enseigner et quand l'enseigner) ainsi que les passages obligés me paraissent également indispensables.

En ce qui concerne les connaissances permettant de repérer les données subordonnantes lors d'une analyse de course, je trouve ce point très intéressant. Il mériterait d'être développé.

Je réagis également au point énoncé par DN: transformer les connaissances en compétences. Pour moi l'idéal serait de faire émerger des compétences par des mises en situation pratiques afin de les transformer en connaissances par la suite.

JG

 

Bonjour DN,

je suis ravi de te voir entrer dans la danse !

On attend beaucoup de chacun et tu es le bienvenu.

Des lecteurs apprécieront tes métaphores.

 

Mais il nous faut progresser, si possible en nous organisant.

Il y a un texte signé MA auquel j'aimerais que l'on s'attache.

Un certain nombre de thèses et d'hypothèses doivent nous aider à nous situer, en les admettant, en les refusant , en les modifiant ou proposant d'autres.

Je les simplifie comme suit :

- Transformer l'entraîneur (une nécessité)

- dans une organisation (organisante)

- avec des passages obligés

 

- Rôle de la matière (en direction des contenus)

- Qu'est-ce qui caractérise le formateur ?

- Comment (s') est-il formé

- Comment former ?

- Est-il imaginable de na pas passer par la forme spontanée de la pédagogie ?

 

Qu'en pensez-vous ?

 

Au plaisir de vous lire.

raymond

 

Pin It

Pardon, vous n'avez pas le droit pour l'instant.