Pin It

Suite à la question de Julien :

quelle tâches pour le repérage en dos?
Doit-on continuer a faire du repérage si l'articulation du poignet est mobile et non fixe? et doit-on alterner repérage a sec puis dans l'eau?


REPÉRAGE

SOUS le terme de repérage, on désigne une activité de structuration de l'espace indispensable à la réalisation d'actions orientées.
Lorsque le futur nageur se positionne sur le ventre à l'horizontale, la représentation initiale de son espace d'action reste, en quelque sorte subordonnée à celle de son espace propre.
En basculant à l'horizontale, ce qui était son haut est devenu son avant, ... ce qui était son arrière est devenu son haut.
Pour le vérifier on demande au sujet de pousser l'eau beaucoup plus fort vers l'arrière et l'on obtient trop souvent une poussée vers le haut révélatrice d'une représentation faussée de l'espace d'action.
notre anatomie : la présence des omoplates, nous interdit, sur le dos, de faire passer les mains dans le plan vertical sagittal.
D'ailleurs, les poussées orientées du nageur de dos se réalisent de part et d'autre du corps.
La tête étant fixée, les rotations des épaules permettent de rapprocher ces poussées de l'axe de déplacement.
Pour répondre directement à ta question, il me semble que sur le dos, oreilles immergées et bassin en surface on ne peut réellement construire que "la représentation de la surface".
Mais, si l'on a bien construit cette représentation de la surface sur le ventre (revoir les conseils et consignes de Mauro) négatif, lent etc... il y a une certaine transposition qui s'opère chez le sujet.
Il me semble également que dans le repérage, pour limiter à l'épaule les informations décisives, il était souhaitable de conserver les mains dans le prolongement de l'avant-bras (référence à Paillard :
" L'acte moteur comme facteur d'adaptation et de progrès évolutif " ).
raymond

Pin It

Commentaires   

#1 Julien H 07-02-2012 13:28
repérage

En ce qui concerne la conservation des mains dans le prolongement de l'avant bras, c'est justement ca que je n'arrive pas a enseigner au nageur, justement parcequ'il n'a pas construit son espace arrière.
De plus pour avancer vite il faut créer le plus d'accélération possible dans le sens du déplacement avec la plus grande surface de maître couple; en conséquence au début de l'action du bras, je pense que le poignet se casse pour diriger la paume de main dans l'axe de déplacement , puis progressivement se retrouve dans le prolongement de l'avant bras pour ensuite se décaler de l'axe de l'avant bras en ayant toujours la paume de main diriger dans le sens du déplacement. au final le nageur essaie d'obtenir la plus grande surface d'appui le plus longtemps possible, ce qui a mon sens empêche le fait d'avoir la paume de main constament dans l'axe de l'avant bras (question de physique et d'anatomie!)
Et justement le problème c'est d'enseigner cette dissociation segmentaire au nageur qui me semble extrèment difficile!
Je ne sais pas si je me suis bien fait comprendre.
En attendant une réponse, merci d'avance.
Citer
#2 raymond 07-02-2012 13:29
Eviter les confusions!

attention !
il est tout à fait normal et souhaitable que le nageur fléchisse la paume de la main sur l'avant-bras pour "cerner" une masse d'eau importante et exerce sa poussée dans la direction du déplacement mais en sens opposé.
de même qu'il est judicieux qu'en fin de poussée la main vienne se positionner en extension su l'avant-bras pour conserver l'orientation de la pelle.
toute autre est l'intérêt de conserver la main dans le prolongement strict de l'avant-bras lorsqu'il s'agit de se construire une représentation de l'espace ; on n'est plus dans l'action mais dans l'exercice avec centration sur soi.
Citer

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir