0
0
0
s2smodern

DOGMATISME DE L’ÉDUCATION NATIONALE

 

b_401_623_16777215_00_images_oziogallery3_divers_sergio-toppi-anomalia.jpgLe dogmatisme de l’Éducation nationale, de ses universitaires, de ses CPD et CPC n’est pas un simple fruit du hasard.

Liés à l’option pédagogique de la pédagogie du mouvement, la seule qu’ils aient vécue et éventuellement utilisée, les amène à considérer le progrès comme résultant d’un changement de forme des gestes de l’apprenant.

Englués dans le concret, les apports de la didactique de la discipline, qui vont introduire de l’ordre dans la hiérarchie et la chronologie des transformations liées à l’activité du sujet dans le nouveau substrat, leurs sont inaccessibles.

La pensée spéculative, dénoncée par Aurélien Fabre, les enferme dans leurs certitudes. De ce fait, ils refusent toute expérimentation qui verrait s’effondrer leur option et la pédagogie de l’action s’imposer comme seule rationnelle.

L’ « aménagement du milieu » est pour eux un thème récurrent. Si la chose est concevable sur le substrat terrien essentiellement hétérogène, peuplé d’êtres et d’objets pour faciliter des acquisitions, elle devient absurde pour le substrat liquide, essentiellement homogène. Y introduire des éléments de quelque nature qu’ils soient est un non sens.

Ils revendiquent souvent une « liberté pédagogique » sans préciser le sens et la portée de cette option. (Voir l’article « ÉCLECTISME » )

Souvent aussi est évoquée le problème de la réussite et de la compréhension et tous défendent l’option selon laquelle il est nécessaire de comprendre pour réussir, justifiant ainsi d’interminables « explications ». Pour Piaget, au contraire « la réussite en action n’implique pas, sans plus, une représentation», la réussite est une condition préalable à tout un travail de recherche des conditions de la réussite. Ils est donc indispensable de « réussir pour comprendre »

Une tare de la pratique traditionnelle consiste à faire passer les élèves de la classe « un à la fois ». Ce qui a pour conséquence de diviser le temps de la leçon par le nombre d’élèves. Dans la pédagogie de l’action, des tâches différentes peuvent être proposées au même moment à l’intérieur du groupe. Chacun évolue ainsi à son rythme et sans perte de temps.

Pour notre part, la pédagogie de l’action, ce sont plus de cinquante années d’expérimentation en suivant les conseils de Richard FEYNMAN (Prix NOBEL de physique) pour qui, « lorsque quelque chose convient on le conserve et dans le cas contraire on l’abandonne ». Selon lui, c’est ainsi qu’est née la science.

Progressivement s’est imposée la structure de la construction du « savoir faire » à travers la didactique de la discipline de telle sorte que chaque élément rend possible et prépare son dépassement.

Les acquisitions, particulièrement la locomotion, résultent de l’activité du sujet dans le nouveau substrat entrainant des échanges informationnels et énergétiques, point de départ de la construction du nageur.

Janvier 2019

raymond

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir

0
0
0
s2smodern