Pin It

Un débat qui rend service

Mais qui formera ces formateurs ?

 

Nous pensions que Giuseppe aurait poussé la curiosité pour que soit abordée sa dernière question : distinction et complémentarité entre les fonctions propulsive et d’équilibration.

Il devait pour cela nous donner son avis sur la continuité ou la discontinuité de l’action des membres inférieurs dans les nages.

Nous supposons qu’il a trouvé dans l’étude des documents suggérés une réponse à l’origine de la découverte et à la démonstration du fonctionnement du nageur.

Dans l’attente de sa réaction nous tentons de satisfaire les interrogations de Gérard:

À Dinard, on nous propose une démarche pour aider à nager autrement, mais que nous propose-t-on pour aider les "stagiaires" selon leur capacité à agir et à comprendre autrement ? Avant de participer à un troisième stage, puis-je être éclairé ?

 

Les séminaires de Dinard ont pour partie nourri et fait progresser la réflexion de Gérard et l’ont aidé à s’inspirer des méthodes actives et à se les approprier toujours plus.

Avec pertinence il évoque la démarche qui ne peut être différente lorsqu’elle s’applique aux enfants qui apprennent à nager et à ceux qui sont formés dans la fonction d’enseignants.

L’année dernière j’avais avancé l’idée d’un critère qui devait permettre de nous situer par rapport à l’appartenance à la pédagogie de l’action. Ce critère était la disparition des « séances de préparation » spécifiques de la pédagogie traditionnelle.

En effet o ne peut raisonnablement proposer de tâches transformatrices qu’à partir d’une observation d’un niveau de fonctionnement « lu » par le formateur.

Cette lecture n’a jamais valeur absolue ; elle induit une piste possible parmi d’autres et débouche sur une hypothèse. Si la tâche nouvelle convient, la transformation du nageur deviendra immédiatement visible ; quelque chose de son fonctionnement aura évolué.

S’il n’y a pas début de transformation repérable une autre hypothèse devra être envisagée.

Ce qui suppose que l’animateur de la séance ait en tête une connaissance claire et fonctionnelle de la discipline (la natation).

piaget_psyped.jpg

Dans la formation, « il ne suffit pas de se fixer des buts pour pouvoir les atteindre » Complétons ce point de vue piagétien par un autre extrait de « Psychologie et Pédagogie » ( PIAGET Jean , Psychologie et Pédagogie, Denoël, 1969, collection Médiations n° 59 ).

Parlant des méthodes nouvelles, l’auteur nous précise que : « …leur mise en pratique n'a pas fait de grands progrès parce que les méthodes actives sont d'un emploi beaucoup plus difficile que les méthodes réceptives courantes.

D'une part, elles demandent au maitreun travail bien plus différencié et bien plus attentif, tandis que donner des leçons est moins fatigant et correspond à une tendance beaucoup plus naturelle à l'adulte en général et à l'adulte pédagogue en particulier.

D'autre part et surtout, une pédagogie activesuppose une formation beaucoup plus poussée et, sans une connaissance suffisante de la psychologie de l’enfant… le maitre comprend mal les démarches spontanées des élèves et ne parvient donc pas à mettre à profit ce qu'il considère comme insignifiant et comme une simple perte de temps.

Le drame de la pédagogie, comme d'ailleurs de la médecine et de bien d'autres branches tenant à la fois de 1'art et de la science, est, en effet, que les meilleures méthodes sont les plus difficiles... ».

Cet aspect qualitatif (programme) et quantitatif (durée) des séminaires de Dinard nous amène à considérer qu’un seul stage ne saurait apporter aux participants le bagage pédagogique indispensable à l’entrée dans la pédagogie de l’action.

raymond

Pin It

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir