Imprimer

REAGIR AU T.P.

 

Lors d’un stage de formation, Marc demandait à ses stagiaires de se représenter, d’imaginer ce que l’on verrait du nageur entraîné au terme de l’action de l’entraîneur. On peut supposer que le stagiaire mobiliserait toute ses connaissances pour « dresser le portrait » en ayant recours au souvenir des images des meilleurs nageurs.

Cette représentation concerne à la fois la posture et les mouvements caractérisant le haut niveau de fonctionnement. En d’autres termes une référence à un modèle théorique regroupant ce qu’il y a actuellement de meilleur dans l’organisation de plusieurs champions et éventuellement d’aspects logiques, non encore apparus mais susceptibles d’être réalisés.

L’image que se fait l’entraîneur de ce nageur idéal sera mobilisée par lui pour la comparer à la réalité qu’il observe pour relever les « anomalies » ou les carences et souligner ainsi un ensemble de transformations nécessaires et souhaitables chez le nageur qui lui est confié.

Selon son niveau de compétence ou de formation, l’observateur dressera une liste et tentera une suite de modifications ou fera des hypothèses sur les obstacles à franchir dans un certain ordre. Chronologiquement dirons-nous ! S’il envisage la structuration du fonctionnement ou dans l’ensemble des fonctions, il tentera de dégager, à l’étape actuelle de construction, la fonction momentanément subordonnante qui en toute probabilité se trouve impliquée dans le niveau de fonctionnement dont il vient de recueillir les images.

Parallèlement, l’expert organisera son observation du ou des nageurs, de préférence avec des outils qui deviennent indispensables, si les phénomènes observés le sont sous la surface et à une certaine vitesse comme cela est le cas pour des cycles de nage dont la durée peut être voisine de la seconde. L’immense avantage devenant celui de pouvoir multiplier en les dissociant ses observations.

Son attention sera portée dans un premier temps sur la posture et ses modifications avant de s’attarder sur les mouvements des propulseurs ou des équilibrateurs.

Il gagnera un temps précieux s’il fait référence aux points remarquables des paramètres d’un cycle qu’il comparera éventuellement au précédent ou suivant.

rctp1.jpg

La main gauche pénètre dans l’eau loin devant la tête, paume à l’oblique vers l’arrière.

Dans sa phase propulsive, le bras droit s’est porté vers l’arrière sans que la pale s’oriente de manière à pulser des masses d’eau vers l’arrière.   On remarque une rupture d’alignement de l’axe de la tête relativement bien placée tandis que la ligne bassin épaules indique un enfoncement du bassin.

b_435_204_16777215_00_images_oziogallery3_tableaux_tprc_rctp2.jpg

 

A partir de son entrée à l’eau, le bras droit qui n’a jamais atteint l’extension complète s’est enfoncé en provoquant un redressement du tronc. La tête en grande partie sortie de l’eau demeure dans le prolongement du tronc. La suite des images laisse penser à une prise d’inspiration. Cette image correspond au P AV référentiel exo centré.

rctp3.jpg

Lors du passage du bras gauche au point profond, on retrouve un alignement et une immersion satisfaisants corps - tête. Par contre le propulseur marque un retrait du coude préjudiciable à une prise efficace de masses d’eau.

rctp4.jpg

Cette image laisse apparaître un corps immergé et un alignement de la tête sur le tronc.

Elle correspond au point de fin de poussée, alors que le coude se situe pratiquement à la verticale de l’épaule. Le coude et la main sortent ensuite de l’eau sans que l’avant-bras se déplace vers l’arrière. L’action propulsive ne s’achève pas sur une extension complète du membre supérieur.

 

DIAGNOSTIC

Première hypothèse : cette nageuse « reproduit » des mouvements appris et stéréotypés.

Il serait intéressant de lui demander de faire voir hors de l’eau les mouvements qu’elle pense réaliser en nageant. Et immédiatement poser la question : à quoi cela sert-il ?

Selon les réponses : tenter un changement des mouvements. Consignes : la main droite pousse l’eau sous le genou gauche et la main gauche sous le genou droit

En l’absence de modifications significatives envisager les exercices systématiques de structuration de l’espace.

En ce qui concerne la respiration substituer au redressement de la tête une torsion dans l’axe aidée par le pivotement de l’ensemble du corps.

 

QUELQUES INFORMATIONS

- durée du cycle 1 sec 44

- passage dans l’eau 0 sec96

- durée phase propulsive 0 sec 36

  

raymond