Pin It

Travaux Pratiques 4

 

Les images fixes des précédents TP incitaient les observateurs à les situer convenablement dans la nage. De ce fait elles faisaient appel à des représentations des déplacements combinés des membres par rapport au nageur lui-même.

Les faits n’ont de sens que par rapport à un système de pensée, par rapport à une théorie préexistante. Ils n’existent ni apriori, ni isolément.

{youtube}uXGAhHjervY{/youtube}

Le petit film dont ces images sont extraites nous apporte une quantité considérable d’informations pour l’observateur qui les questionne. L’avantage de pouvoir les visionner à volonté est de confirmer ou infirmer la première impression pour la transformer en « donnée ».

L’observateur ne s’enrichira des informations que dans la mesure où il aura questionné les images « pour en faire un instrument de connaissances ».

De petits logiciels tels Kinovea ou Streamclip deviennent de précieux auxiliaires pour ajouter la dimension temporelle aux données spatiales.

Tout comme pour la lecture, l’organisation collective de l’observation des images ajoute à leur nombre la dimension qualitative.

Il est vivement conseillé aux observateurs de se construire une liste la plus riche possible de questions avant d’avoir recours à celles qu’ils pourraient trouver en annexe « Observer : exemples » pour l’enrichir.

Les « débutants » pourraient s’inspirer de la procédure utilisée lorsque l’on avait recours aux magnétoscopes (Revue DIRE n° 69 décembre 1998) « Observer : procédure » et l’appliquer aux moyens modernes.

Tous, débutants ou experts, sont conviés à échanger leurs réflexions et propositions pour les échanger avec les participants selon les modalités habituelles.

raymond

 

Pin It

Commentaires   

0 #1 Marc 23-03-2014 09:05
La citation de J.Piaget, "Les faits n’ont de sens que par rapport à un système de pensée, par rapport à une théorie préexistante. Ils n’existent ni apriori, ni isolément", peut-elle être commentée ?
Merci
Citer
0 #2 raymond 24-03-2014 09:20
Il semble que cette citation (est-elle de Piaget ???) soit à rapprocher des textes de Wallon, à propos de l'observation.
"Il n'y a pas de fait **en soi**. et un fait est "toujours déterminé" ! sans cadre de référence il ne peut être interprété.voire "repéré" !

les extraits qui suivent nous incitent à les relier au texte original à la fin de la natation de demain.

Il n'y a pas de fait en soi, un fait est toujours plus ou moins façonné par celui qui le constate
En réalité, un fait n'a d'intérêt que dans la mesure où il est déterminé, et il ne peut l'être que par ses rapports avec quelque chose qui le dépasse
Il n'y a pas d'observation sans choix ni sans une relation, implicite ou non
Le choix est commandé par les rapports qui peuvent exister entre l'objet ou l'événement et notre attente, en d'autres termes notre désir, notre hypothèse ou même nos simples habitudes mentales.
Ses raisons peuvent être conscientes ou intentionnelles, mais elles peuvent aussi nous échapper, car elles se confondent avant toutes les choses avec notre pouvoir de formulation mentale.
Ne peuvent être choisies que les circonstances à soi-même exprimables. Et pour les exprimer, il nous faut les ramener à quelque chose qui nous soit familier ou intelligible, à la table de références dont nous nous servons soit à dessein, soit sans le savoir.
La grande difficulté de l'observation pure comme instrument de connaissance, c'est que nous usons d'une table de référence sans le plus souvent le savoir, tant son emploi est irraisonné, instinctif, indispensable
Citer

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir