Imprimer

Suite à la questione de Julien H:

J'ai une question pour Marc, Si j'ai bien compris, vous êtes Marc Begotti, entraineur national? Donc ma question est la suivante: je vais passer mon BE 2 En avril prochain en candidat libre, et je ne trouve personne qui puisse m'aider a le préparer.
Comment faire? Il va de soi que tout ce qui est dit sur ce blog, je ne pourrais le dire au jury!!!!!
De plus pour les entrainements énergétiques, je ne travaille pas en distance, mais en temporel au coups de sifflet, pour mieux cibler les filières énergétiques, (ex: 10min en alternant 30s VMA et 
30s 50% VMA). En effet je vais travailler avec le laboratoire de l'université de rennes, et dans ce contexte on vient de recevoir l'analyseur a gaz portatif étanche (K4B2), donc on va pouvoir expérimenter et améliorer l'entrainement en interval training calquer sur l'athlétisme mais adapté aux spécificités de l'eau.
Donc autant dire que si je parle au jury de ce que je fait a l'entrainement, ca risque d'ête difficile.
Pour info mes nageurs ont explosé leurs records en seulement 4 semaines d'entrainement, en utilisant les principes techniques,pédagogiques et didactiques de Raymond, et mes principes physiologiques (temporel et non distance), et ce n'est que le début!!!
Si vous pouviez m'aider pour cet examen? Si j'aurai pu venir voir vos entrainements, vos stages? Sachant que j'aimerais obtenir le même poste que le votre. Si on aurait pu échanger sur l'entrainement. 
Merci d'avance.

 

EXPLOSION

EXPLOSION (DES)INTEGRATION INCORPORATION

Julien ne manque jamais de poser les bonnes questions !
 Celle qu’il pose à Marc le 10 octobre concerne et interpelle les instances fédérales et les centres de formation. 
Acquérir les compétences professionnelles, voire l’expertise devrait aller de pair avec les connaissances dont la maîtrise pourrait se solder par l’obtention de diplômes.

Question actuelle pour Julien ! Problème non résolu pour François Tochon en 1989:

« une formation à la réflexion ne peut se concevoir que dans un va et vient HORS CONTRAINTE avec la pratique » plutôt qu’avec la personne dont le diplôme dépend. « Le discours sur l’enseignement réel (celui que l’on trouve dans le blog) dont on n’ose s’entretenir qu’avec les collègues s’OPPOSE au discours idéal, tenu par et pour l’institution …. avec le chargé d’évaluation » (diplôme). 
Le discours théorique est un discours idéal et décontextualisé. L’expert est un as du contexte dont la théorie reste implicite (le plus souvent); 
« si la théorie doit établir une relation avec la pratique, ce ne peut être que dans l’alternance de deux phases d’une MËME ACTIVITE et non comme deux domaines indépendants liés par un acte de foi.»

L’inadéquation des logiques de formation professionnelle presque générale tient à l’absence d’une réflexion contextualisée en situation et au pouvoir laissé à l’institution de DENATURER LES PRATIQUES. 
La réflexion sur la profession n’a rien d’un savoir universitaire que l’Institution imite !!!

Le « titre » de ce message est inspiré par la formule journalistique utilisée par Julien pour insister sur les progrès chronométriques de ses nageurs et sur laquelle je reviendrai dans ma prochaine intervention.

 Mais concrètement, Julien devrait pouvoir s’inspirer des écrits relativement récents et publiés par la FFN aux éditions Atlantica et qui, s’il les a intégrés, devraient satisfaire le jury.
 Autre vision : faire référence à son expérience à condition de l’argumenter à partir de références objectives mais éviter à tout prix des connaissances plaquées.

Qu’en pensent ceux qui ont eu l’expérience du B.E. 2 ???
 Jurys ou candidats !

raymond