Pin It

SAC VIDE !

 

Julie a vidé son sac ! Que contenait-il ?

Sans son aide il sera impossible d’en reconstituer l’inventaire.

Vraisemblablement un ensemble de recettes glanées avant et pendant son parcours professionnel et constituant un réservoir de solutions disponibles pour faire face à un certain nombre de situations susceptibles de se présenter à propos de son activité de M.N.S. pour enseigner « sa » natation.

Dans ce sac, on devrait aussi trouver des représentations, des concepts qu’il nous faudra faire expliciter et des « ONI » ou objets non identifiables ou non identifiés par ses interlocuteurs.

Elle évoque une intégration de l’enseignement des techniques et de la sécurité ! Et l’on ne peut qu’applaudir : un nageur expérimenté et entraîné ne doit éprouver aucune difficulté à porter secours ! Par analogie, il n’aurait pas à apprendre « une soi-disant nage de « poloïste » pour participer au jeu.

Faut-il voir dans les exercices exposés tels : flotter en étoile sur le ventre et sur le dos (sic) la nage en petit et grand chien (sic) et celui qui consiste à faire des bulles, les éléments d’une didactique qui n’aurait pas encore pris corps ? Et l’incontournable brasse (sécuritaire).

Julie lira probablement un jour l’article intitulé : « l’étoile de mer : une fausse bonne solution » (pour laisser se construire l’activité posturale spécifique du nageur).

En creusant un peu on retrouverait de part et d’autre de l’Atlantique un folklore pédagogique partagé.

Ce qui demande à être précisé, c’est le terme de méthode « ensemble des moyens coordonnés en vue d’un apprentissage » ou « démarche ordonnée pour aboutir à un résultat » ?

La « méthode » est trop souvent assimilée à une suite stabilisée d’exercices.

Lorsqu’elle utilise l’expression « chaque méthode » cela suggère qu’il y en a plusieurs et au moins deux dont il convient de faire émerger la logique, la cohérence en admettant que ce qui les caractérise soit conciliable. Ce ne doit pas être le mariage de la carpe et du lapin !

Dans l’antiquité des philosophes recherchaient les contradictions dans le discours de l’adversaire (celui qui ne pensait pas comme eux) pour les dépasser et atteindre la vérité !

A ce jeu je suggèrerai à Julie de lire le témoignage de G (sur le site) dont je tire ces lignes =

«  il faut faire un choix radical et non un pot-pourri d’activités. Dire que d’abord on utilise une ceinture pour la brasse et ensuite on utilise la méthode Catteau, veut déjà dire que l’on n’a rien compris. », pour les opposer à ses propos = « l’apprentissage est bien plus intéressant en prenant le meilleur de chaque méthode plutôt que de jeter parce que l’on n’a pas compris…. » !

Comment chacun peut-il comprendre l’autre ? Comprendre la natation ?

G a vécu une trentaine de stages de formation d’initiateurs et d’entraîneurs, chacun se révélant pour lui différent et complémentaire des précédents et profite de chaque opportunité nouvelle pour y participer. Julie, à ma connaissance, passe par la lecture du livre et la fréquentation du Site, ce qui constitue une voie très différente.

Il m’est donc paru nécessaire de lui communiquer un extrait du texte de F. Tochon, afin de poursuivre de manière constructive les échanges et d’opérer un tri à propos de ce que l’on remettra dans le sac, comme se révélant nécessaire et suffisant, après l’inventaire de ce qu’il contenait.

raymond

 

Pin It

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir