Imprimer

Suite à la question de Stéphanie:

récemment diplômée, je forge une expérience en ce moment sur un enfant de 4 ans sur le corps flottant en grande profondeur. Il s'avère que cet enfant qui n'a pas peur de l'eau a acquis au bout de 4 séances de 20 minutes tous les jours la flottaison dorsale en position dite "en flèche" mais n'arrive pas encore à effectuer la même chose d'un point de vue ventrale.
Si vous avez des propositions à faire pour m'aiguiller un peu dans la recherche de ce progrès... !

 

PROCESSUS et PRODUIT

Stéphanie nous donne une photographie d'un niveau de formation de son jeune élève au terme de ce qui correspondrait à la durée de deux séances pendant le stage de Dinard.
Dans notre proposition de formation du nageur, l'orientation ventrale se trouve privilégiée dans la genèse parce qu'elle implique la prise en compte de la ventilation (y compris dans la phase dite d'apnée). Elle précède et conditionne peut-être son équivalent en situation dorsale.
Sa stratégie de la grande profondeur visait la structuration de la représentation de l'espace d'action et parallèlement de celle du sujet : (schéma corporel) grâce à de multiples contacts de toutes les parties du corps avec les parois... et le fond.
Elle ne nous dit rien de l'étape de la remontée passive ni de celle qui l'induit : "rester au fond" !
Nous ne savons pas comment son élève se positionne en orientation dorsale et comment il en sort et pendant combien de temps peut durer cette "flottaison dorsale" (notre critère = plusieurs échanges ventilatoires).

Choisir une orientation dans l'eau (ne perdez pas de vue EQUILIBRE STABLE)
C'est avant tout choisir la forme qui fera que la pesanteur et la poussée d'Archimède par leur jeu combiné donneront au grand axe du corps une orientation en fonction de la FORME adoptée.

Savoir que dans l'eau "on ne tombe pas" jusqu'à atteindre l'horizontale se découvre lorsque en moyenne profondeur (eau entre genoux et hanches) on tombe comme un bâton sans la moindre déformation, bras dans le prolongement du tronc.
Un raffinement utile : la tête entre dans l'eau avant les bras !!!
Une solution AU RETOUR à la STATION DROITE par le seul rapprochement des genoux vers le contact des épaules facilite et encourage toutes les tentatives.

Au temps d'apnée suffisant, peut s'ajouter "l'ouverture béante de la bouche" pour relâcher le sujet.

Stéphanie devrait pouvoir retrouver dans ses notes de cours les propositions de "PASSAGES OBLIGÉS ainsi que leur CHRONOLOGIE (l'ordre dans lequel il semble logique de les construire).

raymond