Pin It

Joueur 03

Pour ne pas trop m’éloigner des règles du jeu, il me parait utile de contextualiser l’événement qui nous interpelle.

Des personnes se retrouvent tous les jours pour nager une distance appréciable, comme d’autres le feraient en choisissant le jogging comme activité d’entretien. Un détail : la présence d’une planche de surf, nous fait penser que nos amis ne sont pas en piscine mais vraisemblablement sur une plage et à cette période quelque part outremer.

L’un parmi eux se distingue par son efficacité de nage et souhaite partager ses compétences.

Dans leur manière de nager la différence repérée ne joue pas en premier lieu sur la forme mais sur la fréquence des coups de bras.

Il convient donc d’explorer cette première piste.

Par analogie avec les moteurs des automobiles, on sait que pour des véhicules proposés en plusieurs types de motorisation, celui qui possède la cylindrée supérieure atteindra la même vitesse avec un nombre de tours moteurs inférieur.

Faut-il donc évoquer en premier lieu un « manque de puissance » ?

En reprenant notre analogie on sait également qu’un véhicule lourdement chargé demandera plus de puissance. Faut-il alors se demander si une différence de masse peut jouer ?

En affinant la recherche, on peut penser à des causes de résistances plus importantes rencontrées (orientation du corps).

Le problème consiste donc à comprendre comment avec moins de coups de bras on peut aller plus vite. Ce n’est pas le nombre mais la qualité des actions propulsives qu’il faut envisager.

Nos visiteurs n’auront pas trop de difficultés à considérer, tour à tour, les différents facteurs de la propulsion du nageur et ils les trouveront sur le site ou dans la « littérature » technique.

JT a probablement vécu une situation pédagogique lui faisant réaliser un progrès décisif. Il s’agit d’un exercice rendu possible par les caractéristiques du contenant : le bassin avec un rebord affleurant le niveau de l’eau. Cet exercice de nature informationnelle consiste à aller chercher loin devant et en dessous de soi des masses d’eau importantes pour les projeter en les accélérant vers l’arrière, bien qu’étant soi-même immobilisé à plat-ventre au sol.

C’est cette immobilisation par adhérence au sol qui autorise l’intensité et la grandeur de l’accélération. Elle ne pourrait atteindre les mêmes valeurs, le sujet se trouvant dans l’eau en raison de son propre déplacement qui en résulterait.

Un pilote d’avion qui négligerait de faire atteindre à ses propulseurs l’intensité souhaitable avant de « lâcher les freins » ne pourrait pas décoller avant d’avoir atteint le bout de la piste.

C’est pourquoi il nous fallait savoir si notre ami fixait en la retenant la planche de surf sur laquelle s’exerçait sa connaissance. Il ne se trouvait pas en piscine et a transposé avec pertinence une situation.

Il aurait également pu proposer, en raison de la largeur du support, de mobiliser les deux bras simultanément.

Une question demeure : comment fait-on pour repérer une absence d’accélération ?

Le jeu est loin d’être terminé s’il apporte à chacun quelque chose.

Joueur 03

 

Pin It

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir