Pin It

Suite à la question de Olivier :

Bonjour

J'ai pu connaitre ce site sur un télé-siège assis à côté d'une entraineur de natation qui appliquait vos principes. Etant moi même triathlète je lui expliquais la difficulté à progresser et la sensation de se battre contre l'eau qui fait dépenser une énergie inutile. Nos entrainement se bornent à aligner des longueur mais je n'ai pas l'impression que cela aide à progresser.

D'où mon intervention pour vous demander comment cela se passe concrètement comment devient on court flottant ou corps projectile ? Existe-t-il des éducatifs autre que le rattrapé pour nous permettre de sentir l'eau ? Les triathlete ne sont pas tous des nageurs à l'origine et même si c'est la partie la plus courte sur un triathlon c'est celle qui demande une technicité accrue et où les sensations sont vraiment différentes.

Je sais que ce site est orienté entraineur plus que nageur mais je me dis que justement c'est le moyen d'avoir les bonnes réponses de l'avis d'un oeil critique qui a permis à la natation française de sortir de son marras. C'est vous avez des aides, des techniques je suis preneur.

Je vous remercie par avance de votre aide.

Bien à vous

Olivier

 

Triathlète : un challenge à relever

 

Nous remercions Olivier de nous faire part des difficultés spécifiques rencontrées par un athlète confronté à la réalisation d’une performance multiforme comprenant un parcours nagé.

Si nous parvenons au travers d’échanges à le rendre beaucoup plus performant, cela validera la pertinence de notre modèle théorique du fonctionnement du nageur.

Pour pouvoir l’aider efficacement à l’aide d’un « télé entraînement » il nous faut un minimum d’informations significatives telles que la durée et la fréquence hebdomadaires de ses entraînements ; ses performances actuelles sur 100 et 1500 m. Par ailleurs, les moyens d’enregistrement d’images pourraient nous le montrer parcourant la troisième longueur d’un 100m. ou d’une distance supérieure.

Lœil critique qu’il évoque est effectivement déterminant pour définir la hiérarchie et la chronologie des problèmes à résoudre à travers les tâches qui lui seraient suggérées.

Nous devons être en mesure de lui proposer un programme d’entraînement.

Nous ne savons pas si, dans sa nage, la fixité et l’immersion de la tête contribuent à aligner son corps en le préservant d’une trop grande déformabilité.

Nous ignorons tout de ses solutions ventilatoires.

Il nous dit « aligner des longueurs » en ayant la sensation de se battre contre l’eau et donc avec un faible rendement.

Ceci nous laisse penser qu’il continue à « être terrien dans l’eau » en n’ayant pas construit sa propulsion en force croissante pour accéder à l’efficacité.

Valorise-t-il l’amplitude au détriment de la fréquence ?

Il ne doit pas être le seul triathlète à consulter notre site et nous encourageons ceux qui partagent ses options à lui apporter leur aide.

Nous sommes en présence d’un challenge à relever.

raymond

 

Pin It

Ajouter un Commentaire

 


Code de sécurité
Rafraîchir