0
0
0
s2smodern

POUR LA BONNE CAUSE !

 


b_431_323_16777215_00_images_oziogallery3_divers_avvocato.jpgJ’ai défendu récemment la cause d’un MNS par-devant le conseil des prud’hommes d’une grande ville de l’est de la France, lequel MNS travaillait dans une petite entreprise gérée par deux anciens STAPS, et j’ai découvert à quel point l’économie, pour ne pas dire le mercantilisme, prenait le dessus sur l’intelligence des humains.

Cette structure à vocation éducative, c’était une sorte de garderie aux prétentions pédagogiques où l’on s’occupait des enfants dans un bassin gonflable sans profondeur de quelques mètres et bien évidemment avec du matériel à foison.

L’offre au public néophyte et consumériste était donc alléchante, avec comme argument central "le ludique" ou l’on avait oublié l’eau.

Nous entrons dans la sphère de la communication et de la marchandisation, signe des temps, de notre temps.

Lors de mon intervention à la barre, je n’ai pu résister de dire aux juges que j’étais un ancien MNS et que fort de mon expérience passée, cette entreprise vendait du vent et de la vacuité.

Le responsable de la structure a voulu que je m’excuse de mes propos, je les ai donc par plaisir réitéré, il était outré car il n’avait finalement pas compris à quel point il était ignorant de l’enseignement de la natation selon les standards modernes et son lien avec les sciences humaines.

Son avocat était outré car il trouvait le concept très bien, ses enfants étaient bien gardés en effet et c’était fort pratique. (Ambiance Disney land ou Mac do land)

Jadis dans les facultés d’éducation physique on formait me semble-t-il des enseignants pas des marchands.

Qu’apprend-on dans les facultés aujourd’hui? La réponse est sans doute dans la question.

C’est un peu comme lorsque l’on me fait épeler le nom de ma rue, rue d’Oradour sur Glane. J’ai honte. Que reste-t-il de ce que l’on enseigne aux enfants, ou plutôt de ce que l’on enseigne pas?

Le monde merveilleux d’Orwell n’est pas très loin.

Cela se passait dans l’extraordinaire structure de 9 mètres de long, dans le monde merveilleux de la démagogie vénale ou seul le profit guide le pseudo pédagogue…

Boîte à fric vous avez dit maître, ho quel gros mot me rétorque-ton… !

Et dans ce milieu étroit et intellectuellement sclérosé, le nom de Raymond CATTEAU devient lui aussi très vite un gros mot.

Alors vive les gros mots.

Même si notre tâche est celle de Sisyphe, poursuivons nos efforts et semons nos idées.

Et comme le dit si bien ARAGON «Il vous reste du moins cet amer plaisir-là, Vitupérer l'époque».

Cela se passe en France au XXI° siècle

Mon cher Raymond,

je suis resté très attaché à tes enseignements progressistes doublés d’une grande et lucide modernité.

Il apparaît, malgré un lien de fait, que je ne confonds pas la mission impartie au militant de la cause de l’enseignement moderne de la natation que je fus quand j’étais MNS et entraîneur de natation avec celle qui relève de l’avocat que je suis devenu.

J’ai accepté en cette dernière qualité d’assurer la défense des intérêts des maîtres nageurs dans le cadre des litiges qui les opposent à leurs employeurs, ou plus encore lors de noyades mortelles (Trop souvent d’enfants).

J’ai la faiblesse de penser qu’il faut savoir faire le lien entre ce qui relève de la mission de l’avocat défenseur des professionnels de la natation, et ce qui relève des pédagogues qui en amont construisent l’édifice qui permet au plus grand nombre d’accéder à ces enseignement.

Et par conséquent prévenir aussi les noyades par la massification de l’enseignement intelligent de la natation, qui hélas est encore un ouvrage à remettre sur le métier tant les pouvoirs publics semblent inertes.

Assurer la défense individuelle des MNS n’a impliqué et n’impliquera pas, de ma part, aucun renoncement aux valeurs pédagogiques émancipatrices auxquelles j’ai toujours adhéré.

J’observerai à titre subsidiaire que cet état d’esprit m’encourage à veiller à ce que ces mêmes valeurs soient respectées dans les rapports entre les employeurs et leurs MNS.

Un Avocat

Comments   

0 #1 Didier HARRE 2017-02-18 14:49
Bravo Monsieur CATTEAU !
Enseignant en STAPS j'essaie de m'appuyer au mieux sur vos conceptions de l'enseignement de la natation, j'apprécie beaucoup également les travaux de Michel PAYEN .
Les étudiants semblent intégrer mes propos , mais dès que l'on passe à la mise en oeuvre ce qu'ils ont vécu lors de leur apprentissage de la natation ressurgi et semble indélébile.
Aujourd'hui en STAPS nous ne formons pas que de futurs enseignants mais aussi en parallèle de futurs managers.
Quote
0 #2 Marc 2017-02-19 07:05
Alors que la noyade est la première cause de mortalité en France chez l'enfant il est vital de permettre à chaque enfant de "construire le corps flottant" à l'école élémentaire.
Pour cela des éducateurs formés (il serait facile de former les institutrices et instituteurs), une petite dizaine de séances en grande profondeur pour les élèves, absence de matériel et ne pas "aménager le milieu"
Quote
-1 #3 Giuseppe Scavo 2017-02-19 12:02
Monsieur Harre, qu'est-ce que vous permet d'affirmer que "Les étudiants semblent intégrer mes propos", si ce propos ne se manifestent pas lors de l'acte pratique? J'explicite mon questionnement : l'élève mal s'adapte-t-il aux propos ou ce sont plutôt les propos qui mal répondent aux problématiques de terrain des élèves? Je serais sérieusement intéressé à analyser cet aspect
Quote
0 #4 Gg 2017-02-26 13:37
Les aides pour mieux nager.

Suite aux propos pertinents de Marc, déjà dans la fin des années 1960, l’intervention des instituteurs était souhaitée et parfois intégrée dans l’équipe pédagogique selon les directives de la Jeunesse et des Sports de l’époque.

Le PSC 1 de secourisme est exigé pour les enseignants.

L’attestation natation certifiant qu'un parcours d'au moins 50 mètres est-elle suffisante ?

À notre époque, connaître les bases de la natation, devrait être indispensable pour tout citoyen souhaitant pouvoir assurer sa propre sécurité et celle de ses proches et surtout pour les enseignants du primaire.
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form