0
0
0
s2smodern

POUR CHANGER LES PRATIQUES SOCIALES DANS UNE INSTITUTION : QUELLE METHODE ?

Un exemple : le document de l’Académie de Créteil sur l’enseignement de la natation.

b_292_196_16777215_00_images_random_raymond_catteau_indre_16.jpg
Un conseiller pédagogique de circonscription de Seine et Marne a sollicité mon avis à propos d’un document publié par l’Académie de Créteil, introduit par la Rectrice de l’académie, concernant l’enseignement de la natation à l’école élémentaire. C’est en tant qu’ancien enseignant EPS formateur à l’école normale devenue IUFM puis enseignant formateur à l’UFRSTAPS d’Orsay responsable des enseignements de natation que je voudrais donner mon point de vue.

La méthode utilisée : des questions se posent et nous interrogent.

- Quelle relation explicite est établie entre le constat de l’échec de l’enseignement de la natation en regard de l’objectif assigné de permettre à tous les élèves de réussir l’ASSN  et les solutions préconisées ?

- Quels changements sont proposés par rapport à la situation antérieure qui a produit cet échec relatif insatisfaisant au regard des objectifs ?

- Au-delà du constat statistique et des chiffres (rappel : 42 % des élèves entrent au collège sans avoir validé l’ASSN et 19% ne l’ont toujours pas validé en fin de cycle 3), quel travail d’analyse est opéré pour comprendre ou interpréter les trajectoires d’apprentissage / enseignement des élèves aboutissant à ces échecs ? Le taux d’échec est-il identique selon les départements, les circonscriptions, les piscines ?

- S’il y a des différences sont-elles statistiquement significatives ? Quels éléments seraient susceptibles d’expliquer ces différences ? Le partage du projet entre les différents acteurs et leur responsabilisation concernant celui-ci :

- les populations d’élèves et les parents concernés (âges, sexes, niveau de classe, origine socio culturelle),

- les équipes éducatives prenant en charge l’enseignement de la natation (leur cohérence, leur compétence et expérience en matière pédagogique et didactique de la natation et leur degré de conviction et d’investissement par rapport à l’objectif de la réussite de tous),

- les pratiques effectives des personnels intervenant dans leur interaction avec les groupes d’élèves,

- les contenus pédagogiques et didactiques proposés aux élèves, la méthode,

- le dispositif d’enseignement (durée de cycle, temps d’enseignement effectif, etc…)

Une méthode qui à partir du constat, accepterait le détour de l’analyse permettrait sans doute de mieux cibler la nature des changements à opérer pour s’approcher de l’objectif ambitieux déclaré.

Que dirait-on d’un médecin qui prescrirait un remède sans avoir diagnostiqué la nature et l’origine de la maladie qu’il veut traiter ? Quelle efficacité pourrait-on en attendre ?

Devant l’écart entre l’objectif visé et le constat chiffré opéré, deux mesures sont proposées : l’une, relative à l’organisation du temps d’enseignement l’autre, à la « progression pédagogique ».

Qu’y a-t-il de nouveau dans ces propositions susceptibles de transformer les résultats dans un sens positif ? Le nouveau est-il toujours signe et porteur de progrès ?

Nous avons ici un exemple d’organisation fonctionnant en structure pyramidale à caractère hiérarchique. Des experts ou présumés tels (mais experts de quoi), réunis en commission sont chargés de construire une « progression pédagogique » censée aider les différents personnels intervenant directement en piscine auprès des enfants. Les différents maillons de la chaîne hiérarchique devant sans doute diffuser du haut vers le bas ce nouvel « objet pédagogique » pensé en relation avec des nouveaux programmes et une nouvelle organisation des cycles d’enseignement.

Quelle aide souhaiterait avoir l’intervenant au bord du bassin pour mieux réussir sa mission au quotidien et atteindre les objectifs visés par son institution? La question lui est-elle posée ? Se pose t’elle pour lui ? Comment l’institution qui l’engage reconnait-elle ses succès ou ses échecs professionnels ?

Responsables d’une institution, d’un club, d’une organisation, d’une circonscription, d’un service des sports municipal, d’une école de natation, d’une piscine, faites nous part de vos tentatives ou des méthodes que vous utilisez pour gagner en efficacité et vous approcher des objectifs à atteindre.

Dans une prochaine contribution, nous ferons part de notre avis sur la « progression pédagogique » et les orientations techniques et pédagogiques du document de Créteil.

 

Alain Catteau, le 9 décembre 2016

Comments   

0 #1 Marc 2016-12-15 13:04
Pour ma part si les objectifs attendus ne sont pas obtenus :
1 -Tenter de bien poser le problème et faire des hypothèses ( Quels constats ?, pour quelles raisons la démarche ne fonctionne t-elle pas ?, comment faire pour atteindre cet objectif ? L'objectif est -il réalisable ?)
2 - Redéfinir, réajuster éventuellement les objectifs.
3 - "En connaissance de cause" choisir une stratégie alternative
4 - Expérimenter la nouvelle option.
5- Si les objectifs attendus sont réalisés expliciter les fondements de cette nouvelle option. (Si les objectifs ne sont réalisés revenir au point n°1)
6- Si les objectifs sont obtenus : faire partager à d'autres par le biais de l'expérimentation, pour faire évoluer vers une toujours plus grande efficacité

Merci pour la question Alain, confronté à une problématique de même nature je vais suivre attentivement les propositions des lecteurs du site.
Quote

Add comment


Security code
Refresh

0
0
0
s2smodern
   

Login Form