0
0
0
s2smodern

L'entraîneur formateur, ou l'entraineur de demain

 

b_282_206_16777215_00_images_oziogallery3_divers_Artisan,_red-figure_pottery,_480_BC,_AshmoleanM,_142567.jpgLa construction d’un athlète est une opération artisanale qui confine presque à la production artistique. Des réflexions, des connaissances sont nécessaires à la construction et à la structuration des compétences « techniques, pédagogiques et didactiques» de l’entraîneur formateur, mais ces « connaissances et réflexions nécessaires » doivent en quelque sorte disparaitre, elles ne doivent jamais venir à la surface pendant le processus de construction de l’athlète.

Imaginez l’entraineur comme un chef qui met du sel parce que il sait qu'il y en a besoin. Ce n'est pas du hasard ou du pif, c'est le fruit de la structure qu'il a consolidé. Quand il cuisine il est un chef, il ne pense pas, il ne joue pas le chef! Il pourrait après te dire pourquoi il a choisi une chose ou l'autre ( pas avant ! ), mais quand il fait le choix c'est immédiat, c'est une action mentale complexe dont les éléments constituants se coordonnent de façon synthétique.

Une attitude non intellectualiste se révèle donc indispensable. Heureusement, il s'agit d'une situation privilège dans l'entrainement, une profession imprégnée par une matérialité qui est beaucoup plus cachée, ou presque absente, en d'autres métiers artistiques, pensez à la poésie ou à l'écriture.

Créer un nageur est beaucoup plus proche de la réalisation d'une peinture, d’une sculpture, avec la nécessité de choisir les matériaux et les mélanger soigneusement. Ou concevoir une voiture de course avec ses régulations complexes d'ingénierie. Mais c’est beaucoup plus riche et stimulant, parce que on travaille avec une matière qui interagit, qui évolue, qui se transforme en réaction aux manipulations du formateur. Le but ultime de l'œuvre d'art est l'autonomie ; elle doit accéder à la vie et doit prendre des significations indépendantes de l’artiste lui-même. Rien de plus beau, comme objectif, que conduire du matériau à ses meilleures potentialités expressives. Et aucun matériau ne donne plus de satisfaction ou de résultats que l'être humain avec sa personnalité qui est modelée et libérée, dans ses composantes motrices, affectives et cognitives, à la conquête de son propre et imprévisible espace dans la vie sociale.

Une conséquence directe de cet axiome est que la dimension fondamentale qui caractérise un artiste est la dimension culturelle, sa capacité à connaître les matériaux qu'il utilise et les lois qui en régissent les fonctionnements. Ce qui différencie l'artiste de l'artisan c’est la prise de conscience des fonctionnements, la capacité d'obtenir certaines réponses et résultats envisagés, non par simple reproduction empirique des procédures déjà adoptées par d'autres, mais à travers une connaissance profonde et exacte des processus. En fin de compte, on pourrait dire la capacité à innover.

Un degré supplémentaire de qualité est la capacité de s'éloigner de l'œuvre, de la rendre vivante, autonome, indépendante de celui qui l’a produite. La profondeur de la personnalité du maître, conséquence immédiate de son bagage culturel, à savoir dans ce cas, au sens très large, comme produit d'une dialectique féconde et continue entre expérience et réflexion, est un élément essentiel pour ne pas imposer de limites à la dimension évolutive de la personnalité de l'élève.

Alors, dans le cas de ceux qui travaillent dans le domaine sportif, les connaissances anatomiques, biomécaniques, psychologiques, pédagogiques, la connaissance des lois physiques des matériaux ou du substrat avec lesquels l'athlète interagit… et d'autres compétences encore, sont toutes au service du développement de l'individu. La composante liée à la motricité représente une seule des dimensions de la personnalité et, dans le cas de la pédagogie de l'activité physique, la voie privilégiée d'accès parce que celle-ci peut être stimulée, évoluer et devenir de plus en plus autonome.

Être mis en condition de se confronter à des problèmes ( tâches ) dans le domaine de la motricité et de les résoudre ( réussir ) constitue un parcours obligé pour le progrès de l’individu, mais c'est seulement la compétition, la confrontation à l'autre, qui ajoute de la dimension sociale et permet, à travers le jeu continu de l'attribution des rôles et de la recherche des statuts, une véritable redéfinition autonome de la personnalité qui va au-delà de la relation castratrice de l'entraîneur, quand celui-ci veut rester maître d'une œuvre qu'il croit inopinément sa propriété.

mauro

 

Comments   

+1 #1 GOSSET Gérard 2016-12-08 01:46
Entrer dans l'eau, s'y déplacer et s'en sortir selon la "natation de demain" contribue à plus de confiance en soi, élément important dans la construction de la personnalité humaine.
Formateurs, puissions-nous permettre au plus grand nombre, l'accès à cette natation "dès maintenant"
Gg
Quote
0 #2 Marc 2016-12-16 08:04
C'était important de l'écrire, merci Mauro.
Je perçois dans ce texte le lien entre "la pédagogie de l'action" et les réflexions de François BIGREL sur la performance Humaine*.
*"La performance Humaine à la recherche du sens" et "La performance Humaine : Trois univers de compréhension" (téléchargeable sur le site erfan-grenoble.fr rubrique documentation)
Quote
0 #3 Gg 2017-03-06 15:06
Depuis mes premiers séminaires à Dinard, la natation de demain, trois fois par semaine me permet de découvrir et de mettre à l’épreuve de la durée, ce qui est construit, et cela aussi dans beaucoup de mes activités et d’en percevoir les effets.

Ce mode de pratique concerne tout l’être que je suis : contrairement aux activités physiques que j’observe en fitness où beaucoup de nos plus jeunes contemporains se livrent en salles, casque musical aux oreilles malgré la musique de fond, les yeux sur les écrans de téléviseurs ou « ordiphone » dit smartphone, enchainement des séquences courtes et très changeantes d’activités physiques sur des « machines » où « cela sue et cela s’use », et de mon point de vue « ajoutant du stress au stress » : mais « c’est la mode », c’est « sport », malgré la méconnaissance de ce que signifie réellement ce mot.

Sortir d’une activité de natation de demain, « ayant déployé plus pleinement nos capacités humaines », c’est retrouver une plénitude d’être.
Dans ces nombreux moments avec soi-même, je me réjouis d’avoir rencontré Raymond Catteau
Quote

Add comment


Security code
Refresh

0
0
0
s2smodern
   

Login Form