0
0
0
s2smodern

Digne Dingue D'Eau : trame sonore

L'eau des sources jaillissantes, l'eau courante des rivières et des fleuves, l'eau éternellement mouvante des océans et des mers, l'eau source de vie a toujours et partout attiré l'homme."

" Qu'il se limite à la baignade ou qu'il s'engage dans la natation, l'homme aborde ce milieu avec un comportement de terrien, en préservant des relations physiques avec le monde solide. ”

" Du 9 au 18 juin, à raison de deux séances journalières d'une heure, 30 enfants du cours élémentaire de madame Raynaud, dont cinq seulement étaient capables de nager quelques mètres, vont connaître un nouvel enseignement de la natation. ”

Dès le début nous travaillons en grande profondeur, la tâche est simple : on descend à une extrémité pour remonter à l'autre. Certains enfants se déplacent d'emblée.

C'est la totale nouveauté de la situation qui rend Christelle incapable d'entrer dans l'action. À l'aide des genoux et des orteils, elle s'informe de la continuité et de l'homogénéité de l'espace dans lequel elle s'engage pour le construire sensoriellement.

Les avant-bras sont utilisés pour empêcher la chute, et non pour avancer.

Pierre ne parvient pas à abandonner l'échelle pour passer de l'appui des pieds à la suspension au rebord du bassin.

Aucun encouragement ne l'amènera à suivre ses camarades. Avec son accord, on le descend lentement dans l'eau à faible distance de l'échelle qu'il se hâte de regagner. Arrivé, par deux fois il considère l'espace parcouru, ce qu'il n'avait pu faire dans l'action.

Plus que Christelle, il se déplace en appui sur les avant-bras.

Deux trajets l'ont rendu capable de se déplacer.

Le corps raide de l'aisselle aux orteils, il s'informe par le toucher des caractéristiques et de l'espace qu'il parcourt et de son corps.

Pour gagner un temps précieux, les enfants sont invités à se mettre à l'eau sans utiliser l'échelle. Libre à chacun de trouver sa façon de descendre

Cette situation nouvelle nécessite quelques tâtonnements ”.

Aujourd'hui le soleil reste caché et, à part quelques frileux, toute la classe est dans l'eau... Les enfants ont décidé de faire le tour de la piscine... Pierre et Christelle comblent peu à peu leur retard. "

Pour que les deux moitiés de la classe puissent se croiser, chacun s'organise par rapport à l'espace et par rapport à ses camarades.

Au second passage, les enfants se sont donnés des règles et les bouchons sont évités. Et les jambes entrent en action, activement.

Grâce à la mobilisation des jambes, /e corps s'éloigne de plus en plus du mur. Poursuivi par Bruno, Pierre tire sur ses bras et, pour ne pas être déséquilibré, pour préserver la verticalité de son corps, il utilise le schème de la course.

Toutes les manières nouvelles de se déplacer sont encouragées

Le gain en amplitude est toujours critère de progrès

On peut aussi croiser les prises...

On peut aussi jouer les aveugles

On peut encore se déplacer dos au mur, au risque de se retrouver dans une situation peu confortable..

Pour s'exercer, Pierre a choisi un coin de la piscine.

Successivement face et dos au mur, on se déplace en s'éloignant du monde solide et on se libère progressivement des appuis

Autre difficulté : reconnaître au toucher le camarade croisé, simple jeu où la disparition du rôle organisateur de la vue prépare à l'immersion. ”

" Le passage à la perche haute écarte délibérément les enfants du mur, tout en équilibrant verticalement leur corps... ”

La perche à fleur d'eau crée une situation nouvelle et impose a chacun la succession des rôles : maintenir la perche, se déplacer, en tenir l'autre extrémité. La cohésion du groupe s'en trouve renforcée.

Par leur action importante, les jambes vont assurer un nouvel équilibre du corps, la progression étant obtenue par le seul déplacement des bras.

Le passage à la ligne d'eau, qui oscille et s'enfonce, renforce la différenciation des fonctions, l'une équilibratrice des iambes, l'autre motrice des bras, ainsi que leur coordination.

(Musique)

Accordons-nous quelque répit : Le temps d'un jeu permet à chacun de faire l'inventaire de ses possibilités actuelles, et au maître d'apprécier une détente dans l'eau !

" Pour devenir nageur, il est indispensable de pouvoir s'immerger totalement.". ..A la perche, à la ligne d'eau, près du mur, tout est prétexte à immersion.

Une fois acquise celle capacité de s'immerger totalement, on peut proposer aux enfants un nouvel objectif : celui d'entrer en contact avec le tond de la piscine.

Pédagogiquement, le camarade prolonge le monde solide et devient celui grâce à qui l'objectif est atteint.

Psychologiquement, c'est une étape importante : la profondeur devient donnée concrète et l'espace apparaît uni, limité.

Après avoir touché le tond, de toutes les manières possibles, progressivement on remonte sans aide. ”

Pour pouvoir s'abandonner totalement à l'action de l'eau, il importe de vivre toutes sortes de chutes et, par expérience, savoir que dans l'eau, on ne tombe pas jusqu'à atteindre l'horizontale

Si l'on accepte de rester parfaitement à plat. on flotte tant qu'on le désire

Un autre palier de la progression sera atteint lorsque l'entant aura une notion exacte de son orientation dans l'eau. Le tond de la piscine servira de point de repère. Poser simultanément le Iront et le nez sur la marche indique l'horizontalité de la tète. Poser au fond le nez, la poitrine et les coudes indique l'horizontalité du corps.

Avec l'aide d'un camarade, on y parvient de suite.

En posant au sol la nuque et le dos, l'information se complète et se précise.

Vivre en grande profondeur l'expérience qui consiste à ne rien faire dans l'eau constitue une nouvelle étape

Le passage du dos sur le ventre, et vice et versa, illustre de nouvelles capacités de choisir son équilibre. ”

Savoir que l'eau porte autorise des laçons nouvelles d'y pénétrer. ”

" Dans les situations de saut, l'altitude qu'il faudra avoir dans l'eau est delà prise au sol et maintenue en l'air. C'est une véritable anticipation posturale

L'absence de déformation du corps pendant et après le saut est indice de réussite.

(Musique)

Toutes les façons d'entrer dans l'eau seront recherchées, et plus spécialement celles qui excluent la vision directe du point de chute.

(Musique)

Alors que précédemment, on entrait dans l'eau en restant vertical il s'agit maintenant d'y pénétrer en basculant, sans qu'interviennent les réactions de redressement pendant et immédiatement après la chute ”.

" Jusque là, la solution respiratoire spontanée qui prévalait était l'apnée. Pour dépasser ce stade, des solutions nombreuses et mieux adaptées sont à trouver, elles conditionnent les progrès moteurs.

C'est d'abord la capacité d'ouvrir bien grande la bouche lorsque la tête se trouve sous l'eau. Ce qui prouve, si besoin est, que l'eau n'entre pas !

C'est ensuite l'utilisation de toutes les voies possibles pour expirer l'air.

Puis on associe l'expiration continue à des formes variées de déplacement à l'aide des jambes ou des bras, la tête totalement immergée

(Échange professeur/élèves : combien Marie-Claude ? .. 12 mouvements...

David combien... ? 15 mouvements).

II faut s'efforcer de stabiliser le tronc pour obtenir une plus grande précision de l'action des membres. Le contact des mains entre elles en avant, et leur contact en arrière avec les cuisses, permettent de mieux organiser l'espace et de mieux percevoir son propre corps. "

" Cette expérience conduite avec une classe prise au hasard d'enfants âgés de huit et neuf ans s'est trouvée limitée à quinze séances. Les images montrent le niveau atteint : toutes les nages semblent désormais à la portée de ces enfants..."

Voix d'une institutrice : "Quand on tente une expérience pédagogique de ce genre et avec des enfants à problèmes, il faut voir-te résultat, et là c'est concluant pour moi, c'est même plus que concluant, c'est enthousiasmant ! ”.

Comme vous venez de le voir, les problèmes posés entraînent une diversité de réponses. Un geste n'est jamais démontré. Certes les enfants imitent, mais nous valorisons d'abord les trouvailles Les façons de taire sont comparées, expérimentées par chacun, et les meilleures définies et adoptées par le groupe. Dans ses interventions le maître reste sobre, car il sait avant tout que, SANS UNE QUANTITÉ SUFFISANTE D'ACTION, IL NE SAURAIT Y AVOIR DE TRANSFORMATIONS. ”


Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form