0
0
0
s2smodern
b_150_100_16777215_00_images_oziogallery3_foto_beulque.jpg

COLLOQUE de BOBIGNY 2017

Le département de Seine St. Denis a accumulé un retard considérable du nombre de piscines par habitants. Depuis 3 années la FSGT, le SNEP, les STAPS de Bobigny et le CG organisent les journées de l’EPS et du sport de la Seine Saint Denis.

Dans le cadre de ces journées, Alain Catteau, Professeur EPS agrégé, Docteur en didactique des disciplines, a été sollicité pour exposer le thème « Du savoir nager à la natation de performance ».

Nous avons le plaisir de vous proposer la lecture de son intervention qui devrait permettre de mieux situer votre propre vision ou conception de la natation et de son enseignement.

Toutes vos remarques sont les bienvenues.

Comments   

0 #1 Marc 2017-09-13 10:32
Les appareils de suspension de nos piscines ne sont certes plus les potences de P. BEULQUE mais sont des frittes, ceintures, planches et autre matériel pseudo "pédagogique.". Rien à vraiment changé et le texte d'Alain le démontre bien. En prendre conscience est sans doute une condition pour nous faire évoluer.

Cette affirmation d’un entraîneur recueillie dans une interview : « S’il décélère, s’il perd de la vitesse, à la manière d’un motard, il perd l’équilibre, l’inertie de nage. C’est pourquoi il est nécessaire pour lui de partir vite pour éviter la chute, conserver l’efficacité propulsive » confirme que l’idée que l’équilibre résulte de la vitesse de déplacement est encore bien répandue même dans l’esprit des entraîneurs de « ht niveau ».
Quote
0 #2 Gérard Gosset 2017-09-18 11:00
« Rien à vraiment changé et le texte d'Alain le démontre bien.

Cela concerne toutes nos activités. Nous adoptons les façons de percevoir, de penser, de faire, de dire, de nos proches, de notre culture, de notre mode de vie, de manières inconscientes et conscientes.
Après « la boîte noire cognitive » fonctionne toute seule et nos composantes suivent.
« En prendre conscience est sans doute une condition pour nous faire évoluer, selon Marc »
C’est là que l’intervention d’une aide extérieure peut aider le processus « d’éveil ».
C’est mon cas lors des rencontres avec Raymond Catteau dans les années 1970 et encore plus récemment lors des séminaires de Dinard.
Conscience ou fonctionnement cérébral ? Certains scientifiques cherchent encore pour confirmer une réalité invisible.
Toutefois comme la natation de demain, ceux qui en font l’expérience et échangent leurs points de vue ne doutent plus.
La « prise de conscience » ne suffit pas. L’intention de sortir de « ces eaux troubles de l’inconscient, de l’instinctif, de l’inertie, de l’ignorance » doit apparaître et persévérer, et une suite d’actions doit être utilisée, et les transformations misent à l’épreuve dans la durée pour devenir de nouveaux automatismes et mieux si nous y sommes aidés.
Ce sera « la natation d’une vie » et plus encore…
Gg
Quote
0 #3 marc 2017-10-15 11:09
Dans un précédent article Alain posait la question « Quelle méthode pour changer les pratiques sociales dans une institution ? » Force est de constater que dans le domaine de l’enseignement de la natation ni la Fédération Française de Natation ni l’Education Nationale, « institutions centrales » ne permettent de rompre avec des démarches pédagogiques et didactiques datant du siècle dernier, malgré les travaux réalisés dans ce domaine par Raymond Catteau. En revanche le changement s’opère plutôt grâce à des initiatives périphériques et locales. Le projet pédagogique d’enseignement de la natation initié par le groupe de travail natation des CPCEPS du Morbihan et Laurence Le Moal CPC EPS de la circonscription de Pontivy en est un bel exemple.
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form