0
0
0
s2smodern
b_150_100_16777215_00_images_oziogallery3_tableaux_PeirceDoute.jpg

Charles Sanders Peirce. Pragmatisme et rigueur scientifique

Cliccare qui per la versione in italiano

b_103_126_16777215_00_images_oziogallery3_foto_Charles_Sanders_Peirce.jpg

Nous ne devons pas confondre l'empirisme avec le pragmatisme. Alors que l'empirisme considère l'expérience comme la seule forme de connaissance, le pragmatisme est basé sur le lien entre la connaissance et l'action; il insiste sur la fonction de la pensée en tant que producteur de croyances et d’habitudes d'action à tester par l'expérience et la pratique; il nous appelle à une rigueur scientifique qui affirme la primauté de la réalité par rapport à l'idéologie. Charles Sanders Peirce fut l'un des fondateurs du pragmatisme et parmi les pères de la sémiotique moderne.

« Ne faisons pas semblant de douter en philosophie de ce dont nous ne doutons pas dans nos coeurs. »1

« Selon Peirce, le doute cartésien est une astuce avec laquelle on prétend retirer l'assentiment à la réalité environnante pour ensuite le retrouver à la fin d'un chemin banalement intellectualiste. [...] A ce "doute de papier" (paper doubt) Peirce oppose le "doute vivant" du scientifique sérieux [...]. Le doute vivant est celui qui provient d'une certitude brisée par un phénomène qui se produit. Nous ne doutons que lorsque nous avons des certitudes et seulement dans le cadre des certitudes. Quelle que soit la grandeur du domaine investi par le phénomène imprévu qui brise les certitudes précédentes, on doute toujours d'un certain point de la connaissance et le doute amène à chercher une nouvelle explication, c'est à dire une autre certitude. Le paper doubt est le fruit de cet esprit rationaliste dont Peirce se moque comme "esprit du séminaire" en lui opposant l'esprit "du laboratoire", fidèle à l'observation des données de l'expérience. »2

Le « doute de papier » est celui de ceux qui prétendent questionner ses théories mais seulement pour chercher la confirmation, c'est le doute du pouvoir consolidé qui craint d'être miné, c'est le doute de l'idéologie qui se superpose à la réalité.

Le « doute vivant » est le doute de ceux qui, en comparant leurs certitudes avec l'expérience et la réalité, sont surpris, déplacés. Cette surprise déclenche la recherche d'un nouveau modèle théorique qui explique les choses et nous permet de construire des habitudes d'action, c'est-à-dire des règles de comportement, basées sur un modèle scientifique fondé sur la vérification, sur la falsifiabilité.

« C'est par surprise que l'expérience nous enseigne tout ce qu'elle daigne nous apprendre. »3

Mauro. Mars 2018

 

1 « Quelques conséquences de quatre incapacités », Charles Sanders Peirce, par Janice et Gérard Deledalle (ca 2007) disponible sous forme de document Word sur le Site de Michel Balat

2 Peirce, Giovanni Maddalena, Editrice La scuola, 2015 (TdA)

3 Peirce, Charles Sanders, Scritti scelti, a cura di Giovanni Maddalena, Torino, Utet, 2005 (TdA)

 

Commentaires   

+1 #1 Flashey 04-03-2018 16:45
Un grand merci Mauro pour ce texte et ces références
Citer

Ajouter un Commentaire

 




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern