Bibliographie

0
0
0
s2smodern
Lire la suite...

Charles Sanders Peirce. Pragmatisme et rigueur scientifique

Cliccare qui per la versione in italiano

Lire la suite...

Nous ne devons pas confondre l'empirisme avec le pragmatisme. Alors que l'empirisme considère l'expérience comme la seule forme de connaissance, le pragmatisme est basé sur le lien entre la connaissance et l'action; il insiste sur la fonction de la pensée en tant que producteur de croyances et d’habitudes d'action à tester par l'expérience et la pratique; il nous appelle à une rigueur scientifique qui affirme la primauté de la réalité par rapport à l'idéologie. Charles Sanders Peirce fut l'un des fondateurs du pragmatisme et parmi les pères de la sémiotique moderne.

« Ne faisons pas semblant de douter en philosophie de ce dont nous ne doutons pas dans nos coeurs. »1

« Selon Peirce, le doute cartésien est une astuce avec laquelle on prétend retirer l'assentiment à la réalité environnante pour ensuite le retrouver à la fin d'un chemin banalement intellectualiste. [...] A ce "doute de papier" (paper doubt) Peirce oppose le "doute vivant" du scientifique sérieux [...]. Le doute vivant est celui qui provient d'une certitude brisée par un phénomène qui se produit. Nous ne doutons que lorsque nous avons des certitudes et seulement dans le cadre des certitudes. Quelle que soit la grandeur du domaine investi par le phénomène imprévu qui brise les certitudes précédentes, on doute toujours d'un certain point de la connaissance et le doute amène à chercher une nouvelle explication, c'est à dire une autre certitude. Le paper doubt est le fruit de cet esprit rationaliste dont Peirce se moque comme "esprit du séminaire" en lui opposant l'esprit "du laboratoire", fidèle à l'observation des données de l'expérience. »2

Le « doute de papier » est celui de ceux qui prétendent questionner ses théories mais seulement pour chercher la confirmation, c'est le doute du pouvoir consolidé qui craint d'être miné, c'est le doute de l'idéologie qui se superpose à la réalité.

Le « doute vivant » est le doute de ceux qui, en comparant leurs certitudes avec l'expérience et la réalité, sont surpris, déplacés. Cette surprise déclenche la recherche d'un nouveau modèle théorique qui explique les choses et nous permet de construire des habitudes d'action, c'est-à-dire des règles de comportement, basées sur un modèle scientifique fondé sur la vérification, sur la falsifiabilité.

« C'est par surprise que l'expérience nous enseigne tout ce qu'elle daigne nous apprendre. »3

Mauro. Mars 2018

 

1 « Quelques conséquences de quatre incapacités », Charles Sanders Peirce, par Janice et Gérard Deledalle (ca 2007) disponible sous forme de document Word sur le Site de Michel Balat

2 Peirce, Giovanni Maddalena, Editrice La scuola, 2015 (TdA)

3 Peirce, Charles Sanders, Scritti scelti, a cura di Giovanni Maddalena, Torino, Utet, 2005 (TdA)

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
Lire la suite...

Charles Sanders Peirce. Pragmatismo e rigore scientifico

Cliquez ici pour la version en français

Lire la suite...Non bisogna confondere l’empirismo con il pragmatismo. Mentre l’empirismo considera l’esperienza come unica forma di conoscenza, il pragmatismo si fonda sulla connessione fra conoscenza e azione; insiste sulla funzione del pensiero come produttore di credenze e abiti di azione da sottoporre al vaglio dell'esperienza e della prassi; ci richiama ad un rigore scientifico che fa valere il primato della realtà rispetto all’ideologia. Charles Sanders Peirce è stato uno dei fondatori del pragmatismo e tra i padri della moderna semiotica.

Non facciamo finta di dubitare in filosofia di ciò di cui non dubitiamo nei nostri cuori”1

Secondo Peirce, il dubbio cartesiano è un trucco con il quale si fa finta di revocare l’assenzo alla realtà circostante per poi riottenerla identica alla fine di un percorso banalmente intellettualistico. […] A questo “dubbio di carta” (paper doubt) Peirce oppone il dubbio “vivente” (living doubt) dello scienziato serio […]. Il living doubt è quello che sorge da una certezza che si infrange ad opera di qualche fenomeno che accade. Si dubita solo quando si hanno delle certezze e solo all’interno di un quadro di certezze. Per quanto grande sia l’area investita dal fenomeno imprevisto che rompe le certezze precedenti, si dubita sempre di un punto determinato della conoscenza e il dubbio spinge a cercare una nuova spiegazione, ossia un’altra certezza. Il paper doubt è frutto di quello spirito razionalista che Peirce dileggia come “da seminario” opponendo a esso lo spirito “da laboratorio”, fedele all’osservazione dei dati dell’esperienza.”2

Il “dubbio di carta” è quello di chi finge di mettere in discussione le sue teorie ma solo per cercare delle conferme, è il dubbio del potere consolidato che teme di essere scalzato, è il dubbio dell’ideologia che si sovrappone alla realtà.

Il “dubbio vivente” è il dubbio di chi, confrontando le sue certezze con l’esperienza e il reale, viene sorpreso, spiazzato. Questa sorpresa dà il via alla ricerca di un nuovo modello teorico che spieghi le cose e permetta di costituire degli abiti di azione, cioè delle regole di comportamento, basate su un modello scientifico fondato sulla verifica, sulla falsificabilità.

Tutto ciò che l’esperienza si degna di insegnarci, ce lo insegna attraverso la sorpresa.”3

Mauro. Marzo 2018

 

1 Alcune conseguenze di quattro incapacità, Charles Sanders Peirce, Journal of speculative philosophy - 1877-78

2 Peirce, Giovanni Maddalena, Editrice La scuola, 2015

3 Peirce, Charles Sanders, Scritti scelti, a cura di Giovanni Maddalena, Torino, Utet, 2005

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

 

LES METHODES NOUVELLES 


Lire la suite...

Comment définir les méthodes nouvelles d'éducation et à partir de quand dater leur apparition ? Eduquer, c'est adapter l'enfant au milieu social adulte, c'est-à-dire transformer la constitution psychobiologique de l'individu en fonction de l'ensemble des réalités collectives auxquelles la conscience commune attribue quelque valeur. Donc, deux termes dans la relation que constitue l'éducation : d'une part, l'individu en croissance ; de l'autre, les valeurs sociales, intellectuelles et morales auxquelles l'éducateur est chargé de l'initier. L'adulte, percevant le rapport selon sa perspective propre, a commencé par ne songer qu'a ces dernières et par concevoir l'éducation comme une simple transmission des valeurs collectives de génération en génération. Et, par ignorance ou à cause même de cette opposition entre l'état de nature, caractéristique de l'individu, et les normes de la socialisation, l'éducateur s'est préoccupé d'abord des fins de l'éducation plus que de sa technique, de l’homme fait plus que de l’enfant et des lois de son développement.

Ainsi a-t-il été conduit, implicitement ou explicitement à considérer l’enfant soit comme un petit homme à instruire, moraliser et identifier le plus rapidement possible à ses modèles adultes, soit comme le support de pêchés originels variés, c'est-a-dire comme une matière résistante qu'il s'agit de redresser plus encore que d'informer. De ce point de vue procède toujours la majeure partie de nos précédés pédagogiques. Il définit les méthodes « anciennes » ou « traditionnelles » d'éducation. Les méthodes nouvelles sont celles qui tiennent compte de la nature propre de l'enfant et font appel aux lois de la constitution psychologique de l'individu et à celles de son développement.

Passivité ou activité.

Encore faut-il s'entendre. La mémoire, l'obéissance passive, l'imitation de l'adulte et, d'une manière générale, les facteurs de réception sont aussi naturels à l'enfant que l'activité spontanée. Or, on ne saurait dire que les méthodes anciennes, si antipsychologiques soient-elles parfois, aient entièrement négligé l'observation de l'enfant, à cet égard. Entre les deux pédagogies, le critère est donc à chercher, non dans l'utilisation de tel ou tel trait de la mentalité puérile, mais dans la conception d'ensemble que l'éducateur, dans chaque cas, se fait de l'enfant.

 

L'enfance est-elle un mal nécessaire ou bien les caractères de la mentalité enfantine ont-ils une signification fonctionnelle définissant une activité vraie ? Suivant la réponse donnée à cette question fondamentale, le rapport entre la société adulte et l'enfant à éduquer sera conçu comme unilatéral ou comme réciproque. Dans le premier cas, l'enfant est appelé à recevoir du dehors les produits tout élaborés du savoir et de la moralité adultes ; la relation éducative est faite de pression d'une part, de réception de l'autre. D'un tel point de vue, les travaux d'élèves, même les plus individuels (rédiger une composition, faire une version, résoudre un problème) participent moins de l'activité réelle de la recherche spontanée et personnelle que de l'exercice imposé ou de la copie d'un modèle extérieur ; la morale la plus intime de l'élève reste plus pénétrée d'obéissance que d'autonomie. Dans la mesure au contraire où l'enfance est considérée comme douée d'une activité véritable et ou le développement de l'esprit est compris dans son dynamisme, le rapport entre les sujets à éduquer et la société devient réciproque : l'enfant tend a se rapprocher de l'état d'homme non plus en recevant toutes préparées la raison et les règles de l'action bonne, mais en les conquérant par son effort et son expérience personnels ; en retour, la société attend des nouvelles générations mieux qu'une imitation : un enrichissement.

 

Psychologie et pédagogie, Gonthiers Denoël, 1969, coll. Médiations, Paris, pp. 199-201.

cliquer ici pour écouter l'INTERVIEW DE JEAN PIAGET AU C'ENTRE D'EPISTEMOLOGIE DE GENEVE.

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Raymond CATTEAU

LA NATATION DE DEMAIN - Une pédagogie de l'action

 

Nouvelle édition revue et augmentée

 

Lire la suite...La seconde édition ne se caractérise pas seulement par un changement de couverture. Elle se présente comme une œuvre plus aboutie et plus accessible que la première.

La structure de l’ouvrage comporte de nouveaux chapitres et de nouvelles annexes qui viennent agrémenter et compléter l’ensemble.

Sept années après la première édition de « la natation de demain », cette seconde édition revue et corrigée s’enrichit d’une importante iconographie et d’un chapitre inédit sur la connaissance des nages. On sait que les conceptions relatives aux apprentissages, à l’enseignement, aux techniques sont interdépendantes. En cohérence avec une pédagogie de l’action se trouve ici développée une analyse fonctionnelle des techniques de nage qui devrait intéresser tous les intervenants dans le domaine de la natation. L’utilisation d’un référentiel prenant en compte les actions du nageur dans l’eau en même temps que son propre déplacement permet de lire et interpréter autrement les nages. Voici un nouvel outil pour mieux observer les nageurs et intervenir plus efficacement pour les faire progresser.

Le nouveau contenu et les annexes, particulièrement « l'incursion dans le cadre de référence », devraient inciter et aider le formateur et l’entraîneur à expérimenter le plus souvent avec le sentiment de dépasser l’exercice ou la recette.

Veuillez consulter le site Internet de ATLANTICA Editions. Vous y trouverez les indications pour acheter le livre.

 

 

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

IL NUOTO DI DOMANI

La traduzione italiana

 

Clicca qui per andare alle pagine di presentazione del libro

Lire la suite...

 

L'ambito della pedagogia non conosce frontiere, non più di quello delle scienze dell'uomo di cui si nutre.

Allo stesso tempo scienza e arte, essa si fonda su delle conoscenze e si apre verso le innovazioni nella sua pratica.

Oggi dobbiamo rallegrarci di questa traduzione in lingua italiana che accresce il campo dei progressi e alimenta i dibattiti che possono farla evolvere ancora di più.

I miei più sinceri ringraziamenti vanno al traduttore e al curatore per questa edizione aggiornata di "Il Nuoto di Domani".

Auguro a tutti i lettori il successo nella propria evoluzione pedagogica ma mi aspetto da essi critiche e commenti, che saranno fonte di crescita, quando espressi attraverso il sito.

Ringrazio tutti anticipatamente.

raymond catteau

 

 

Le domaine de la pédagogie ne connaît pas de frontières, pas plus que celui des sciences de l'homme dont elle de nourrit.

A la fois science et art, elle tient des connaissances et s'ouvre vers les innovations dans sa pratique.

On ne peut aujourd'hui que se réjouir de sa traduction en langue italienne pour étendre le champ des progrès et nourrir des débats susceptibles de la faire encore évoluer.

Mes remerciements les plus vifs vont au traducteur et à l'éditeur pour cette édition actualisée de "La Natation de Demain".

Je souhaite à tous les lecteurs le succès dans leur propre évolution pédagogique mais attends d'eux les critiques ou les remarques, sources de dépassements, lorsqu'ils s'exprimeront sur le site.

Que tous en soient par avance remerciés.

raymond catteau

 

0
0
0
s2smodern