0
0
0
s2smodern

Quelques sages prescriptions pour la construction du nageur débutant ou évolué

Suite aux questions de F.

 

Bonjour F.

Tout d’abord, je souhaite vous remercier pour ces questions pertinentes.

Est-il judicieux de faire travailler un seul élément sur une certaine période en début d’année ?

Il me semble important de situer le problème en fonction du niveau de construction du nageur. Si la construction du projectile concerne le débutant qui vient de construire le « corps flottant », il me semble souhaitable de n’envisager la propulsion que lorsque l’élève aura réalisé les entrées dans l’eau en plongeant, et en conservant sa posture jusqu’à la remontée en surface bras dans le prolongement du corps et tête sous les bras.

Si l’on envisage un nageur plus évolué, et cela semble être votre cas, on ne peut dissocier le « projectile » du « propulseur » l’exigence posturale concerne l’alignement, l’immersion et la relative indéformabilité du corps. Si vous travaillez, par exemple la diminution des « coups de bras », la diminution de la vitesse en fin de chaque cycle doit être compensée par une accélération plus intense pour maintenir la vitesse moyenne requise. C’est ainsi qu’à l’insu de l’entraineur un jeune nageur Italien est devenu champion du 200 libre des moins de 14 ans dans son pays. Vous pouvez imaginer alors « Un travail purement technique sur ce thème là et sur les quatre nages »

projprop.jpg

Y a-t-il un intérêt de passer du temps sur la propulsion si le niveau de construction précédent (ici le projectile et donc minimiser au maximum les freins) n’est pas totalement acquis ?

Il me semble important de distinguer l’exclusivité et la relativité. Mettre l’accent sur le projectile n’implique pas abandonner le propulseur.

Il faut effectivement « raison garder ». Lorsque la qualité de nage se dégrade, il semble superflu de poursuivre la séquence. Rechercher une quantité de qualité semble souhaitable.

« Nager moins pour nager mieux. » ? Vous semble-t-elle justifiée pour des jeunes ou même pour des nageurs élite ?

Comment ne pas partager cette sage prescription ?

 

Merci et bien cordialement. N’hésitez pas à questionner si ce qui précède ne vous aide pas.

raymond

 

 

Comments   

0 #1 Gérard GOSSET 2017-07-20 08:37
Il est souhaitable de saisir le degré d’expertise de Raymond Catteau et de ses collaborateurs.
Suite en juin lors du dernier séminaire de Dinard, il m’apparaît que bon nombre d’animateurs novices, dont je suis, sont dans l’impossibilité de posséder plus pleinement la didactique de la discipline et de proposer des tâches transformatrices aux élèves.
À Dinard, au bord du bassin pour la troisième fois, j’ai constaté l'immense progrès obtenu en quelques séances, et de voir des nageurs de l’école élémentaire nager trois nages alors que l’on se contente encore dans certaines piscines d’obtenir un 25 m brasse après un saut comme beaucoup de parents souhaitent pour être assurés que leur enfant sait nager.

De retour, avec ces nouvelles connaissances, je constate les résultats rapides obtenus avec les nageurs que l’on peut aider, ce qui peut encourager à poursuivre la formation à la natation de demain.
Merci à toute l’Équipe d’animation du séminaire de Dinard.
Gg
Quote
0 #2 Gérard GOSSET 2017-07-20 08:48
Est-ce que l’aisance respiratoire (non essoufflement) peut-être un critère à observer et à conserver pour nager moins pour nager mieux ?
De mon point de vue « lorsque la respiration se désorganise tout se désorganise.
Gg
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form