0
0
0
s2smodern

Les tests de Ecole de Natation Française ( détournent les enseignants de la matière qu'ils doivent enseigner )

L’auberge espagnole qui détourne des fondements didactiques spécifiques que nous devrions faire pour chaque discipline

La natation course, la natation synchronisée, le water polo et le plongeon ont été regroupés en une seule et même fédération de natation. On peut penser que la raison de ce regroupement provient du fait que ces disciplines se pratiquent dans le même substrat, l’eau en grande profondeur (l’élément liquide n’étant que le substrat de réception du plongeur).

Les courses en athlétisme, la danse classique, le handball et la gymnastique sont des disciplines qui font partie de fédérations distinctes bien qu’elles se pratiquent toutes sur la terre ferme. Force est de constater que nous n’observons pas de rapprochement à des fins « pédagogiques » entre les courses, la gymnastique, la danse et le handball alors que ces disciplines partagent le même substrat.

Dans les faits, quand des rapprochements à des fins pédagogiques interdisciplinaires s’opèrent ils sont dictés par la nature de l’activité. De nature acrobatique le plongeon et la gymnastique ; de nature artistique  la natation synchro et la danse. Un rapprochement entre water polo et handball ne serait pas surprenant, ce sont deux disciplines de même nature : concevoir des stratégies plus rusées que celles imaginées par l’équipe adverse pour marquer un plus grand nombre de buts.

En revanche nous ne devrions pas observer de rapprochement pédagogique entre les courses en natation (locomotion dans l’eau) et les courses en athlétisme (locomotion sur terre). Deux locomotions de nature différente et dont les principes d’action sont différents (principes d’action soumis à des lois de la physique différentes liés aux substrats).

Le concept pédagogique de « pluridisciplinarité » qui mêle natation, natation synchronisée, water-polo et plongeon sur lequel se fonde les tests E.NF fait perdre un temps précieux aux apprenants mais surtout détourne les enseignants des fondements didactiques de la discipline qu’ils doivent enseigner rapidement et efficacement à tous les élèves : la natation.

« Toutes les dimensions des pratiques institutionnelles (natation synchronisée, plongeon, water-polo) s'offrent à l'enseignant dont la référence se limite aux aspects formels. Est-il préférable d'opter pour une telle diversification ou pour une différenciation dans la natation (locomotion dans l'eau), très riche et porteuse de possibilités ultérieures d'intégration dans les disciplines associées ? » (R.C.)

 

Centrer les enseignants sur les fondements de la natation 

Un chercheur français spécialiste de l’éducation, Philippe MEIRIEU nous donne un précieux conseil :

« Il est nécessaire que les enseignants aidés par les didacticiens fassent et refassent un effort pour clarifier les enjeux de leurs pratiques, trois questions fondatrices doivent, à mon sens, structurer cette réflexion :

« Qu’est-ce qui vaut la peine d’être enseigné ? »

« Qu’est-ce qui est enseignable dans ce qui vaut la peine d’être enseigné ? »

« Quelles sont les conditions pour que l’enseignable soit véritablement enseigné ? »

Il se trouve que le didacticien de la natation, Raymond CATTEAU a répondu à ces questions fondatrices et nous propose un modèle théorique de fonctionnement du nageur et un plan de construction du nageur remarquablement efficace.

 

Proposition : passer des tests ENF aux « six niveaux de construction du nageur »

b_479_342_16777215_00_images_oziogallery3_tableaux_depassement.pngUn entraîneur compétent doit pouvoir repérer le niveau d'action du nageur entraîné et percevoir ce qui fait précisément obstacle à ce nageur  pour passer à un niveau d'action plus efficace et non pas proposer une diversité de choses en espérant que l'une d'entres-elles le fera bien progresser.

Ce que propose un entraîneur doit être ciblé (pour tel nageur je vise telle transformation et pour cela je propose telle tâche) nous ne devons pas laisser croire que la pédagogie procède en faisant tout et n’importe quoi, n’importe quand.

« Les six niveaux de construction du nageur » proposent d’accompagner l’élève à franchir les obstacles imposés par les lois de la nature afin que l’élève devienne nageur et toujours meilleur nageur.

Ces six niveaux de construction s’appuient sur le modèle théorique de fonctionnement du nageur « corps projectile et propulseur ». Le modèle théorique de fonctionnement du nageur permet de définir des principes d’action. Il devient dès lors possible de repérer des niveaux d’action.

Le plan de construction du nageur en six étapes permet à l’enseignant de concevoir en connaissance de cause le cheminement pédagogique qui va permettre à l’élève de se construire en nageur efficace.

Le nageur pourra ensuite mettre à profit ce qu’il aura construit - une locomotion dans l’eau efficace - dans les autres disciplines aquatiques.

 

Marc (mars 2017)

Comments   

0 #1 Gg 2017-03-20 16:22
Merci Marc,

Cela me permet de réviser "Les six niveaux de construction du nageur"
Biblio: Raymond Catteau, LA NATATION DE DEMAIN, Biarritz, Altlantica, 2015, page 85.

Bonne lecture et applications pour ceux qui veulent poursuivre la démarche.
Quote
0 #2 Giuseppe Scavo 2017-03-20 19:33
Bonjour Marc,
comment validerait-on les étapes de construction du nageur? Par un test ou autre chose? Je ne sais pas ce que t'en penses (ou qu'en pensent les autres), mais je commence à réfléchir au fait que les tests tels que nous les mettions en place aujourd'hui rélévent plus d'un essai gymnique que d'une vérification de compétences acquises. L'évaluation de l'enseignant, si pertinente, compétente, honnête, pourrait, à ma façon de voir, etre plus éfficace qu'un test pour évaluer le stade de progression du nageur. Cela implique, toutefois, l'identification de critères observables qui, au moins aujourd'hui, ne font pas l'unanimité. Et cela demanderait, par conséquent, une amélioration dans la formation des éducateurs. Dans l'attente de lire les autres opinions, bonne semaine à tous !
Quote
0 #3 Marc 2017-03-21 07:49
Cher Guiseppe merci pour votre question.

Permettre à un enseignant de repérer ce qui fait précisément obstacle à chaque élève et pouvoir conduire chaque élève à dépasser ce qui lui fait obstacle est un des challenges que doit relever la formation des enseignants.
Vous conviendrez qu’aucun test de natation ne permet de repérer des obstacles et encore moins de comprendre ce qui fait obstacle à l’élève. C’est la raison, selon moi, pour laquelle ces tests devraient être abandonnés.

En revanche des critères de réussites permettent d’estimer que l’élève a dépassé ce qui lui faisait obstacle il est donc ainsi possible de constater un niveau de compétence de l’enseignant.
Pourquoi ne pas imaginer que dans toutes nos piscines le niveau minimal de compétence requis pour tous les enseignants de natation serait la capacité à conduire tous les élèves à construire « le corps flottant » ? ( Tous les élèves seraient capables en quelques séances de laisser l’eau agir sur leurs corps – En changeant de milieu ils « accepteraient » de se soumettre aux lois de la poussée d’Archimède et de la pesanteur pour passer d’un équilibre instable à un équilibre stable).
Nous en sommes très loin… il suffit de voir le matériel destiné à aménager le milieu (tapis etc.) et à aménager l’homme (planches, flotteurs, frittes, palmes etc .) qui encombre nos piscines
Quote
0 #4 Gg 2017-03-22 00:42
Pour confirmer l’acquis de la construction du corps flottant : de la flottaison ventrale, bras dans le prolongement du tronc, tête sous les bras, « les talons doivent être en contact avec l’air ». C'est-à-dire tout le corps à l’horizontal, pendant quelques secondes ?
Merci
Quote
0 #5 Marc 2017-03-23 12:51
Oui Gg par exemple, mais aussi sur le dos et pas seulement. L'élève sera capable d' adopter la forme qui fait que les forces extérieures (poussée d'Archimède et pesanteur) équilibrent son corps dans une direction déterminée et recherchée.

Pour cela l'élève devra inhiber ses réflexes d'équilibration de terrien qui le conduisent à réagir aux forces extérieures en se redressant donc à s'enfoncer alors que la plupart des humains flottent naturellement !
La construction du corps flottant est le pré requis qui ouvre des perspectives, la noyade n'est plus possible, la construction du corps projectile devient possible...
Merci Raymond :-)
Quote
0 #6 Gg 2017-03-26 13:43
Marc,
Oui, sur le dos aussi, les pointes de pieds touchent l'air, les membres supérieurs dont les mains dans l'eau. Avec la tonicité du corps pour la construction du corps projectile, a confirmer par les plongeons
Merci
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form