0
0
0
s2smodern

Travaux pratiques - A propos de l’équilibre et des fonctions d’équilibration (R)

 Un travail d’analyse d’images sous la surface.

 

Résumé des séquences précédentes :

C’est une classe d’enfants de 8 – 9 ans.

Tous ont parcouru à la goulotte des centaines de mètres en variant l’orientation, le sens et les amplitudes, fréquences et modalités de déplacement des mains.

Ils se sont éloignés du bord en se déplaçant en suspension à la perche haute, de face, de dos, de profil.

Ensuite à la perche à fleur d’eau.

Ils n’ont pas encore abordé l’immersion systématique de la tête. 

Dans les images qui suivent ils doivent se déplacer à la ligne d’eau et se croiser.

Pour faciliter la communication et éventuellement les échanges, nous appellerons « V » l’enfant qui lors du croisement passe devant l’autre et « R » l’autre.

 

 

Votre travail d’observation consiste à :

1)  choisir  un enfant

2)  décrire ce qu’il fait (lire les images)

3)  Interpréter son fonctionnement (pourquoi il fait...) ?

4)  de quelle fonction pourrait-on y voir des « préludes »  ou  « structures d’accueil » pour la construction du nageur ?

5) pouvez vous les transposer dans le fonctionnement d’une nage alternée ?

6) Commentaires personnels.

raymond

 

Travaux Pratique - Analyse de l’activité de la personne B

 

  • Description de ses mouvements :

Au début de la séquence, la personne B est accrochée à la ligne d’eau à deux mains en position verticale. La tête est émergée, le corps se trouve face à la ligne d’eau, les mains sont ancrées de part et d’autres du cops sur cette ligne.

La personne A va contourner la B. La ligne d’eau s’enfonce sous la surface de l’eau et à ce moment là ses jambes sont statiques, tendues et écartés. Elles vont remonter à la surface en restant tendues. L’arrière de la tête s’émerge à ce moment là. La personne B se retrouve quasiment alignée sur un plan horizontal car le bassin et le tronc ont suivi cette remontée.

Les pieds sortent de l’eau, à la suite de cela on observe des mouvements de jambes alternés et du haut vers le bas avec un temps fort vers le haut. Cela se fait un sortant davantage les pieds de l’eau. En même temps que ces mouvements de jambes la tête s‘émerge de nouveau, le tronc, le bassin et les jambes se redressent et s’enfonce de nouveau sous la surface de l’eau. Le corps de la personne B se retrouve à la verticale et s’ancre avec le bras droit. Le jambes s’arrêtent alors de fonctionner

  • Interprétation de ceux-ci :

Le but de la personne B est de maintenir sa verticalité face aux perturbations entraînées par le passage de A autour d’elle. Lorsque celle-ci entame son contournement, elle exerce une poussée sous les fesses et les cuisses de la B, elle vient renforcer la poussée d’Archimède. Pour contrer cela la personne B tend les jambes et les écartes. Cela entraîne une remontée des jambes à la surface et est accentué par l’immersion de la tête qui favorise l’allongement du corps à l’horizontal.

Afin de pouvoir retrouver sa verticalité, la personne B va sortir ses pieds de l’eau afin de supprimer la poussé d’Archimède et alors seul la pesanteur s’applique sur ses pieds et ses jambes. Cela lui permet d’enclencher ses mouvements alternés de jambes vers le haut permettant ainsi de rééquilibrer son corps en position verticale. Lorsque celle-ci est retrouvée les jambes s’arrêtent de fonctionner car il n’y a plus de forces contraignantes, perturbant l’équilibre horizontal qui entrent en jeu

  • De quelles fonctions peut-on y voir les préludes de la construction du nageur ?

Je peux y voir dans ces actions les préludes de la construction du nageur dans le sens où lorsqu’un nageurs va se déplacer dans l’eau, il va devoir faire face à des variation d’équilibre due à des variations de la position du point de poussée et ce rééquilibrage va se faire par les jambes. Ici c’est ce qui est fait par la personne B, elle subit une contrainte extérieure qui lui change son équilibre et elle va retrouver sa position initiale grâce à ses mouvements de jambes, mais aussi grâce à la mobilisation de sa tête.

  • Peut-on les transposer dans une nage alternée ?

On peut les transposer en crawl (ses actions effectuées) notamment sur l’action équilibratrice des jambes qui permettent (en crawl) de maintenir l’horizontalité et ici la verticalité. Dans les deux cas (T.P et crawl) les actions des jambes permettent de lutter contre des contraintes dues aux actions des bras. Cela peut se transposer, je pense, aussi par rapport au temps fort des jambes. En effet lors du battement de crawl et du mouvement de jambe là, on observe des temps fort très important dans l’équilibration

  • Commentaires personnels :

Ce T.P m’a permis, notamment lors des échanges et puis par observation, analyse et interprétation de comprendre ce qu’étaient des coordinations. Elles se mettent en place face à des contraintes précise et ne font pas l’objet d’un réel apprentissage « conscient ». On pourrait plutôt parler ici d’une motricité intelligente qui s’adapte aux contraintes en partant de ses représentations prégnantes que sont celles de terriens. Ces nouvelles actions seront alors enregistrées pour pouvoir être utilisées de manière plus rapide et efficace lors de la prochaine intervention du même type de contrainte.

Romain

 

Comments   

0 #1 Giuseppe Scavo 2016-03-17 23:56
Bonjour Romain,
Quelques questions sur ton TP :
1) Tu écris que le nageur « …va devoir faire face à des variation d’équilibre due à des variations de la position du point de poussée et ce rééquilibrage va se faire par les jambes. » et, peu après, « l’action équilibratrice des jambes qui permettent (en crawl) de maintenir l’horizontalité et ici la verticalité. Dans les deux cas (T.P et crawl) les actions des jambes permettent de lutter contre des contraintes dues aux actions des bras. » Peux-tu développer ces affirmations ? De quelle façon les jambes agissent suite au déplacement du centre de poussée ? Comment l’action des jambes maintien l’horizontalité du corps ? Peux-tu spécifier quelles contraintes sont liées à l’action des bras (TP et crawl) ?
2) Sur les intentions, penses-tu vraiment que l’écartement des jambes et la sortie des pieds de l’eau soient des actions volontaires? La gamine a-t-elle vraiment le but de réduire (elle ne peut pas la supprimer) l’action de la poussée d’Archimède sur son corps quand elle sort les pieds de l’eau?
3) Tu utilises les mots “s’équilibre” ou “se reéquilibre” pour parler d’une action qui a comme résultat un changement de position du corps, même question posée à Christelle : la gamine s’équilibre par rapport à quoi? Qu’est ce qu’il fait ici de la verticale “la” position d’équilibre? Utiliserais-tu le mot “s’équilibre” pour décrire l’action d’une personne qui passe de la position assise à la position debout?

A bientôt pour plein de belles réflexions,
Giuseppe
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form