0
0
0
s2smodern

Travaux pratiques - A propos de l’équilibre et des fonctions d’équilibration (C)

 Un travail d’analyse d’images sous la surface.

 

Résumé des séquences précédentes :

C’est une classe d’enfants de 8 – 9 ans.

Tous ont parcouru à la goulotte des centaines de mètres en variant l’orientation, le sens et les amplitudes, fréquences et modalités de déplacement des mains.

Ils se sont éloignés du bord en se déplaçant en suspension à la perche haute, de face, de dos, de profil.

Ensuite à la perche à fleur d’eau.

Ils n’ont pas encore abordé l’immersion systématique de la tête. 

Dans les images qui suivent ils doivent se déplacer à la ligne d’eau et se croiser.

Pour faciliter la communication et éventuellement les échanges, nous appellerons « V » l’enfant qui lors du croisement passe devant l’autre et « R » l’autre.

 

 

Votre travail d’observation consiste à :

1)  choisir  un enfant

2)  décrire ce qu’il fait (lire les images)

3)  Interpréter son fonctionnement (pourquoi il fait...) ?

4)  de quelle fonction pourrait-on y voir des « préludes »  ou  « structures d’accueil » pour la construction du nageur ?

5) pouvez vous les transposer dans le fonctionnement d’une nage alternée ?

6) Commentaires personnels.

raymond

 

Travaux Pratique Déborah

 

1 - Fille B (Déborah) - Maillot de bain bleu

2 - Décrire précisément ce que l’on voit :

Déborah est accrochée à une ligne d’eau en grande profondeur, les deux mains écartées l’une de l’autre et bien ancrées à la ligne, tête hors de l’eau. Quand sa camarade la dépasse et prend appui sur la ligne qui s’enfonce, Déborah laisse remonter ses jambes écartées tranquillement à la surface. Les jambes sortent de l’eau. Une rentre sous l’eau, puis l’autre, la tête de Déborah s’immerge légèrement. Une fois dépassée, elle effectue des mouvements de jambes amples, alternés et accélérés pour se remettre en position verticale. Pointe de pieds orientée vers le bas lorsque sa jambe tendue se dirige vers l’arrière, pointe de pieds en extension lorsque son genou remonte vers le haut, et ainsi de suite. Quasiment à la verticale, ses mouvements de jambes alternés continues mais ralentissent et se stabilisent dès lors que Déborah retrouve complètement sa verticalité.

3 - Interpréter son fonctionnement, pourquoi elle fait ça ? (But, intention)

Déborah laisse ses jambes écartées remonter tranquillement à la surface, quand sa camarade la dépasse et s’appui sur la ligne qui s’enfonce, ici le phénomène de la poussée d’Archimède agit, le point de poussée est au niveau des fesses de Déborah, ce qui explique la remontée de ses jambes à la surface de l’eau.

Pour vaincre cette pression et retrouver rapidement sa verticalité, Déborah effectue des mouvements de jambes amples, alternés et accélérés pour résister au point de poussée qui est au niveau de ses fesses.

Déborah oriente la pointe de pieds vers le bas lorsque sa jambe tendue se dirige vers l’arrière, et la pointe de pieds en extension lorsque son genou remonte vers le haut, afin de prendre appui sur l’eau et de s’équilibrer pour retrouver sa verticalité.

De plus, Déborah est ancrée à la ligne d’eau et ne s’en détache pas car le corps flottant n’est pas construit. Elle n’a pas encore conscience de l’effet qu’a l’eau sur son corps.

4 - De quelles fonctions pourraient-on y voir les préludes pour la construction du nageur ?

Corps flottant

Déborah est en grande profondeur - perte des appuis plantaires - passer de l’appui solide à l’appui fuyant
Déborah
immerge légèrement sa tête - être capable de s’immerger partiellement puis totalement Déborah laisse ses jambes écartées remonter tranquillement à la surface - capacité à se laisser remonter sans rien faire - action de la poussée d’Archimède

Corps projectile

Déborah se stabilise en position verticale - être capable de maintenir une posture - conserver l’alignement

Corps propulseur

Déborah effectue des mouvements de jambes amples, alternés et accélérés - enchaînement d’action lui permettant de se rééquilibrer (corps propulseur)

Les principes d’actions sont commun à tous, que ce soit du nageur débutant au nageur confirmé, et à toutes les nages.

5 - Pouvez-vous les transposer dans une nage alternée ?

Nous retrouvons ce « schéma » dans les nages codifiées qui sont le crawl et le dos où les bras servent à se propulser, se déplacer, de manière alternative (fille A en l’occurence) et où les jambes ont une fonction d’équilibration, de stabilisation.

De plus, plus on augmentera la vitesse des bras, plus les jambes s’accéléreront elles aussi, du fait du déséquilibre important provoqué par les bras.

D’ailleurs, l’on observe bien ce phénomène sur la vidéo : Déborah subit un déséquilibre important causé par le dépassement de sa camarade, elles accélèrent donc ses mouvements de jambes pour vaincre ce déséquilibre et se stabiliser.

6 - Vos commentaires personnels

Les coordinations ne s’apprennent pas et sont innées. Quand on marche pour aller vers l’avant, les jambes fonctionnent de manière alternative, les bras balancent également de la même façon lorsque l’on marche vite. Fonctionnement naturel.

Si la coordination était de marcher les deux jambes simultanées et les deux bras alternés, Déborah aurait certainement pas fonctionné de la même manière. On aurait sans doute observé des mouvements de jambes simultanées pour qu’elle retrouve sa verticalité.

C’est comme si on sautait à pieds joints, vers l’avant, de plus en plus vite, et qu’on s’équilibrait avec les bras alternés, ce n’est pas naturel et pas simple... (J’ai essayé) Pareil si nous voulions aller vers l’arrière de cette façon.

Déborah agit de cette manière naturellement, même si elle n’est que débutante.

Christelle

 

 

Comments   

0 #1 Giuseppe Scavo 2016-03-17 00:28
Bonjour Christelle,

trois questions par rapport à ton TP :

1) Es-tu sure que c'est la poussée d'Archimède qui fait remonter Deborah de cette façon soudaine?

2) As-tu bien regardé la position des pieds de Deborah pendant son extension de la jambe?

3) Par rapport à quoi Deborah a besoin de s'équilibrer? S'agit-il d'une nécessité absolue?

A très vite pour des échanges intéressants
Giuseppe
Quote
0 #2 raymond C. 2016-03-18 09:09
Le corps étant immergé, la poussée d'Archimède joue nécessairement.
Mis à la limite qu'importe puisque l'essentiel des TP pose avant tout le problème du RETOUR À LA VERTICALITÉ.
Comment les fillettes s'y prennent-elles ?
qu'est-ce qui caractérise leurs mouvements ?
quels effets en résultent ?
Quote
0 #3 Giuseppe Scavo 2016-03-27 11:13
Bien sur la poussée d'Archimède joue un rôle, mais il ne faudrait pas qu'elle devient dans nos têtes une "force prodigieuse" responsable de tous les phénomènes observés. Puis, le plus important, il a-t-il une raison objective pour le retour à la verticalité, hormis le fait que les gamines possèdent des repères terriens? Il y a-t-il une contrainte du milieu qui impose cette verticalité?
J'espère bien que les collègues voudront répondre aux questions et participer au débat, ce serait vraiment une belle chose.
Raymond, seras-tu au colloque de Saint Denis? Je suis en surveillance pendant les heures de natation scolaire, du coup il m'arrive de pouvoir observer des choses et d'identifier des contraintes d'enseignement, il serait bien de pouvoir en discuter au cours de cette journée.
Quote
0 #4 raymond C. 2016-03-29 06:39
Nous n’avons jamais vu un non nageur entrer volontairement (de manière non accidentelle) dans l’eau la tête la première. La verticalité du bipède s’est construite sur terre (en réaction à la pesanteur) le maintenant en équilibre instable. Le simple fait de son immersion le mettra en équilibre stable et donc en situation inédite pour lui. Avant même de pouvoir en subir les conséquences tout débutant assimile le situation nouvelle à celle qu’il a vécu jusque là. Le débutant y revient donc spontanément aussi longtemps qu’il n’a pas construit les solutions pour accéder à l’orientation horizontale. A quand ta description de la phase active ? Pour le Colloque, je ne suis pas organisateur mais un simple invité.
Quote
0 #5 Giuseppe Scavo 2016-03-29 08:11
Donc on est bien d'accord sur ce point là : le retour à la verticale est une réponse développée en milieu terrestre à l'égard d'éxigences posées par ce milieu. Dans le milieu aquatique, aucune exigence n'impose le retour à la verticalité, donc cette réponse et les actions "rééquilibratrices" qui y sont associées deviennent obsolètes.
Qu'entend es-tu pour phase active? Tu te réfères aux bras ou aux jambes ? J'ai décrit tout ce que je pouvais sur les images, maintenant c'est à toi d'expliciter ton point de vue.
Content de savoir que nous nous verrons à Saint Denis
Quote
0 #6 raymond C. 2016-03-30 07:46
Giuseppe,
le thème général concerne l'action des membres inférieurs et singulièrement ce qui se passe au terme de la phase passive.
C'est ce qu'il convient de décrire avant de l'interpréter.
à bientôt
Quote
0 #7 Giuseppe Scavo 2016-03-30 08:37
S'il s'agit des membres inférieurs je t'ai vraiment tout dit, prouve moi le contraire. Je t'ai exhaustivement décrit la phase active ( extension de la jambe sur la cuisse) si bien que la phase passive (flexion de la jambe sur la cuisse) et j'ai interprété cela (les gamines utilisent leurs membres inférieurs pour modifier la position de leur corps (passer de l'horizontale à la verticale). Rien de si différent à été écrit sur les autres TP qui sont parus. Je ne comprends pas pourquoi tu continues à me demander de faire quelque chose que j'ai déjà fait
Quote

Add comment


Security code
Refresh

0
0
0
s2smodern
   

Login Form