0
0
0
s2smodern

LIBERALISME PEDAGOGIQUE

Pour une NATATION INCONSISTANTE au XXI ième SIECLE

 

Le bulletin officiel en date du 5 janvier 2012 se propose de présenter un « contenu » pour l’enseignement de la natation à l’école élémentaire. (CP et CE1. page 2 puis CE2, CM1, CM2 page 11).

 

B.O. Bulletin officiel n° 1 du 5 janvier 2012

 

Cours préparatoire

Cours élémentaire première année

Natation

Activités aquatiques et nautiques

Se déplacer

- en lâchant de temps en temps un rail ou une ligne d’eau équipée ; - en s’aidant d’une frite et en utilisant bras et jambes (en lâchant la frite, en s’aidant d’un bras) ;

- avec une aide à la flottaison tenue à bout de bras et en soufflant dans l’eau ; - en utilisant de façon autonome une ou plusieurs formes de propulsion (tirer l’eau avec les bras, battre les pieds) ; - en autonomie sans reprise d’appuis ni aide à la flottaison sur une courte distance (5 à 8 mètres).

S’équilibrer

- chercher des équilibres, en se laissant porter, en prenant appui sur une planche, en variant les positions en ventral et en dorsal.

Enchaîner des actions

- se fixer une distance à réaliser, choisir un parcours avec plus ou moins de possibilités de reprises d’appuis (hors appuis plantaires) ; - chercher à augmenter la distance et à limiter le nombre d’appuis.

Se déplacer

- en position ventrale, voies respiratoires immergées ; - en position dorsale avec si besoin un support ; - en variant les modes de propulsion (bras simultanés ou en alternance).

S’équilibrer

- trouver des équilibres, aller vers l’alignement tête-tronc ; - rester quelques secondes sur place, tête hors de l’eau.

Enchaîner des actions

- enchaîner plusieurs actions, par exemple, sauter dans l’eau, remonter passivement en boule puis se déplacer sur une dizaine de mètres en ventral avec un passage sur le dos ;

- se fixer un projet d’action, se confronter à sa réalisation et l’ajuster en fonction de ses possibilités.

Se déplacer sur une quinzaine de mètres sans aide à la flottaison et sans reprise d’appuis.

Adapter ses déplacements à différents types d’environnement

Se déplacer de façon adaptée et se repérer dans des formes d’actions inhabituelles mettant en cause l’équilibre (grimper, rouler, glisser, s’immerger...), dans des milieux variés (terrain plat, vallonné, boisé, eau calme, neige, bassin...), sur des engins (ou montures) instables (bicyclette, roller, ski, poney...), dans des environnements progressivement plus éloignés et chargés d’incertitude (parc public, bois, forêt, montagne, plan d’eau...).

Activités aquatiques et nautiques

 

Natation

En moyenne ou en grande profondeur, choisir son entrée dans l’eau, son déplacement, son immersion dans le cadre d’un projet personnel de déplacement.

En moyenne ou en grande profondeur, maîtriser une entrée dans l’eau active et effectuer un déplacement comprenant un temps d’immersion.

Entrer dans l’eau avec ou sans aide

- en glissant, en se laissant tomber, en sautant ; - en entrant par les pieds, par la tête ; - dans différentes positions, en sautant pour attraper un objet flottant.

S’immerger pour réaliser quelques actions simples

- en passant sous un obstacle flottant ; - en descendant à l’aide d’une perche, d’une cage ; - en touchant le fond avec différentes parties du corps ; - en prenant une information visuelle ; - en ramassant un objet lesté ; - en remontant à l’aide d’un support ou en remontée passive.

Entrer dans l’eau sans aide

- en orientant son corps différemment (en avant, en arrière, latéralement), pour sauter, rouler, basculer... ; - en sautant au-delà d’un objet flottant ; - en entrant par les pieds, par la tête, pour aller au fond (corps tendu).

S’immerger pour enchaîner quelques actions comprenant un changement de direction dans le déplacement subaquatique - en traversant la partie inférieure de la cage subaquatique ou 2 à 3 cerceaux lestés ;

- en prolongeant quelques instants son immersion pour communiquer par le geste avec un camarade ; - en ramassant plusieurs objets lestés, selon une couleur donnée ; - en remontant pour se laisser flotter un instant sur le ventre ou sur le dos.

Effectuer un enchaînement d’actions sans reprise d’appuis, en moyenne profondeur, amenant à s’immerger en sautant dans l’eau, à se déplacer brièvement sous l’eau (par exemple pour passer sous un obstacle flottant) puis à se laisser flotter un instant avant de regagner le bord.

© Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative > www.education.gouv.fr                                        2 / 34

 

B.O. Bulletin officiel n° 1 du 5 janvier 2012

Natation

Activités aquatiques et nautiques

Connaître et utiliser plusieurs formes d’appui et de propulsion dans l’eau. Coordonner respiration et propulsion pour nager vite ou nager longtemps.

Propulsion / respiration

- Aligner et maintenir son corps dans l’axe du déplacement. - Utiliser une « respiration aquatique » avec immersion des voies respiratoires. - Adapter sa respiration (inspiration en dehors des temps moteurs, expiration aquatique plus longue). - Améliorer l’efficacité des mouvements propulsifs (amplitude, fréquence...). - Utiliser plusieurs types de nage (sur le ventre, sur le dos) et d’actions des bras (alternées, simultanées). - Se déplacer en n’utilisant que les bras ou que les jambes, mouvements alternés ou simultanés.

Enchaîner des actions

- Enchaîner plusieurs actions, coulée, déplacement ventral sur 25 mètres, passage sur le dos, virage... - Varier son allure y compris en réalisant des surplaces dans diverses situations, jeux, relais...

Se déplacer sur une trentaine de mètres sans aide à la flottaison et sans reprise d’appuis. Par exemple, se déplacer sur 25 mètres, effectuer un virage, une coulée et une reprise de nage pour gagner le bord.

Adapter ses déplacements à différents types d’environnement

Se déplacer de façon adaptée et se repérer dans des formes d’actions inhabituelles mettant en cause l’équilibre (grimper, rouler, glisser, s’immerger...), dans des milieux variés (terrain plat, vallonné, boisé, eau calme, neige, bassin...), sur des engins (ou montures) instables (bicyclette, roller, ski, poney...), dans des environnements progressivement plus éloignés et chargés d’incertitude (parc public, bois, forêt, montagne, plan d’eau...).

Activités aquatiques et nautiques

 

Natation

Réaliser un projet de déplacement sur une distance et selon des modalités choisies. Doser ses efforts. Enchaîner diverses actions en grande profondeur sans reprise d’appui.

- Varier les entrées dans l’eau (sauter d’un plot, plonger départ assis ou debout, basculer en arrière à partir d’un tapis...). - Sauter ou plonger en allant de plus en plus loin ou de plus en plus en profondeur. - Réaliser des parcours subaquatiques amenant à aller au fond, à varier l’orientation du regard, à franchir des obstacles immergés, à ramasser des objets lestés.

- Remonter un objet immergé en moyenne profondeur à partir d’un plongeon canard. - Réaliser des parcours amenant à franchir plusieurs obstacles disposés à la surface, avec un départ dans l’eau. - Enchaîner une remontée passive et un surplace en utilisant différentes positions de flottaison, ventrale, dorsale, verticale. - Passer alternativement d’un équilibre ventral à un équilibre dorsal sans reprise d’appuis.

Enchaîner, sans reprise d’appuis, un saut ou un plongeon en grande profondeur, un déplacement orienté en immersion (par exemple pour passer dans un cerceau immergé) et un surplace de 5 à 10 secondes avant de regagner le bord.

© Ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative > www.education.gouv.fr                                       11 / 34

L’enseignant non spécialiste aimerait trouver, sous jacente, une démarche l’aidant à transformer ses « terriens » non-nageurs en humains organisés pour accéder à une locomotion aisée dans l’eau ( ? ) sur des distances de plus en plus longues.

Mais le voici mis en présence d’un bric-à-brac de propositions hétéroclites, de pseudo solutions, d’un retour au folklore pédagogique très éloigné des propositions des instructions de 1977 !!! avec un contenu structuré.

Encore un petit effort et l’on retrouvera les tabourets, les mouvements à sec loin du bassin.

b_300_200_16777215_00_images_oziogallery3_divers_tabourets.jpg

b_300_150_16777215_00_images_oziogallery3_divers_asec.jpg



Ce qui interpelle d’emblée le lecteur c’est l’association (fusion) des activités aquatiques et nautiques. Certes, il n’est pas explicitement proposé d’introduire des embarcations dans les piscines mais par contre l’utilisation d’accessoires de flottaison est souvent indiquée.

Curieusement, le domaine du « se déplacer » est présenté avant celui de « s’équilibrer » pour que l’on passe à « enchaîner des actions » que l’on aimerait détaillées et progressives à défaut d’avoir envisagé ce thème comme stratégie de formation des nageurs.

Suit une rubrique de l’adaptation à des environnements progressivement chargés d’incertitudes (sic) (les acquisitions ayant à ce stade, peu de chances de se trouver stabilisées).

L’esprit rationnel se trouve désarmé face à ce fourre tout, comme pourrait l’être la médecine de pointe à laquelle on suggèrerait un retour aux clystères, sangsues, saignées et autres solutions d’un autre âge ?

Puisse ce pessimisme être contredit par les faits ou contesté et complété par d’autres lectures. REAGISSEZ et soyez en remerciés !

F. Tochon reprochait déjà à l’Université de dénaturer les pratiques. Ajouterait il le reproche à l’Éducation Nationale d’y ajouter la CONFUSION ???

Le pédagogue déplore l’absence d’une didactique propre à l’aider à organiser son enseignement et le technicien s’interroge sur l’incitation à « se tirer » pour se propulser (remarque utile s’il s’agit d’insister sur une phase importante de la structuration de l’espace propulsif mais à condition de ne pas la dissocier de la poussée qu’elle prépare et qui demeure essentielle et subordonnante).

raymond


Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form