0
0
0
s2smodern

Quand l’évocation du moyen précède l’énoncé du but !

Nous ne savons pas si l’entraîneur à qui on a confié les « jeunes » a été formé et si oui, comment il l’a été. Mais sa question interpelle sur un autre point : « pourquoi ce qui serait préconisé aux jeunes ne le serait plus pour d’autres catégories » et réciproquement ? »

Toutefois, on se doit de distinguer ce qui relève de la recherche permanente du meilleur rendement de ce qui concerne l’accroissement de la puissance.

Voici la question posée et à laquelle nos lecteurs peuvent exprimer leur point de vue.

 

 

b_326_211_16777215_00_images_oziogallery3_divers_pullbuoy.jpegBonjour Mr Catteau.

Je suis actuellement entraineur de natation (catégorie jeunes). Je me pose chaque jour de nombreuses questions pour ne pas simplement reproduire ce que j'ai appris mais bel et bien me remettre en question et trouver de nouvelles solutions.

Ma question est la suivante : l'utilisation du pull boy est elle justifiée pour une natation course ?

Merci pour votre réponse.

Sportivement

Un Entraineur

 

Cher Collègue,

Je vous remercie de poser cette question qui témoigne de pratiques très courantes. Partagées par le plus grand nombre, sont-elles de ce fait justifiées ? Si je vous lis bien, vous entrainez de jeunes nageurs.

Entraîner signifie probablement les former pour qu’ils deviennent nageurs performants. Vous avez probablement une représentation de leur fonctionnement se traduisant par des caractéristiques observables de leur nage. La question première devient : quelle(s) transformation(s) voulez vous apporter et s’il y en a plusieurs dans quel ordre ?

Quelle sera, pour vous, la fonction du pull-buoy ? Mettre le corps à plat ? Centrer le déplacement sur l’action des membres supérieurs ? …etc.

Le mot composé  « pull-buoy » opère un lien entre le verbe d’action « to pull » tracter, tirer et « buoy » qui désigne un objet flottant.

En mettant artificiellement et passivement le corps à plat, vous empêchez le jeu normal des membres inférieurs de remplir leur rôle.

Quelle que soit votre option, n’oubliez pas qu’un élément étranger ne peut en aucun cas préparer au fonctionnement normal lorsqu’il sera abandonné. Les règlements stipulent bien aussi que ce peut aider à la propulsion ou à la flottaison ne peut être utilisé en compétition !

L’utilisation des accessoires perturbe, en la déformant, l’information que le nageur associe fonctionnellement à sa posture et à sa gestuelle.

Quels accessoires avez-vous utilisé pour « apprendre » à marcher ? Utiliseriez-vous des échasses pour vous préparer à la marche ou à la course ?

Si ces informations ne vous semblent pas suffisantes, n’hésitez pas à poser de manière plus complète ou plus précise le problème que vous souhaitez résoudre.

Bien cordialement

 

Comments   

0 #1 Gg 2017-02-26 12:52
Le b.a.-ba du nageur.
Pour arriver au but, une suite des procédures est nécessaire, toutefois, « pressé d’avancer », l’ordre de celles-ci sont parfois omises. Et cela dans toutes les circonstances de nos activés. Le mode d’emploi, s’il existe, mais pas ou insuffisamment consulté et bien connu. D’où l’intérêt de l’utilisation de la « check liste » des pilotes d’avion malgré leurs compétences.
Raymond Catteau « à lister » les fondements, les problèmes posés pour nager mieux : Ancien MNS, je me suis remis à l’eau pour en vérifier la pertinence. La perception de la flottaison et du projectile s’est reconstruire ainsi que la somesthésie de mon corps.
Ce qui n’est pas construit et renforcé dans la durée, devra être revu.
Merci Raymond.

SOMESTHÉSIE, soma « corps », esthésie « sensations ». C’est l’ensemble des sensations (extéro-proprio- vicéroceptives) autres que celles liées à la sensorialité (les cinq sens).
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form