0
0
0
s2smodern

Un pour tous, tous pour un !

 

Notre ami N.K. tente d'introduire dans son pays une approche nouvelle de la natation, de la formation des nageurs et de l'entraînement.

Tout ce qui s'inscrit à contre courant des pratiques et des modes de pensée perturbe, est considéré comme suspect.

Nous proposons à nos lecteurs et visiteurs de réagir et si possible aider notre ami.

 

"Je m'occupe depuis plusieurs mois d'un homme de 48 ans qui nage pour réaliser des triathlons. À ses débuts il nageaient 27 coups de bras par 25 mètres et nageait 2000 m par séance seul en continu.

Il a débuté et appris par lui même l'année passée.

Il a plusieurs problèmes musculo-squelettique (épaules, cervicales), anxiété, problème de gestion respiratoire en nageant.

À force de patience de persévérance et d'investissement nous en sommes arrivés entre 15 et 17 coups de bras par 25 m sans temps d'arrêt et avec une bonne organisation respiratoire.

Il nage 2 fois semaines en plus de son vélo et autres sports. Nous avons rarement dépassé les 1500 m.

Il a amélioré ses 2 triathlons de 10 minutes à chaque fois sur un 1500 et 2000. Sa transformation s'est déclenchée essentiellement et grâce au plongeon.

Actuellement lorsque je lui demande de nager à la plus grande vitesse possible sur un 50 mètres par exemple, il se désorganise. Ses bras "tournent dans le vide" et surtout il va moins vite que si il nageait 15 -17 coups de bras.

J'ai l'impression que son coude se retire entre autre. Il s’appuie moins sur l'eau, mais par contre "les bras tournent et tournent", il passe à travers...

Comment est-ce que je peux aborder le sujet, le transformer ? J'ai tenté de faire des séquences en progressif. Par quoi, où et comment commencer ? Par quel bout commencer, réfléchir, construire ?

J'aurais du mal à produire une vidéo car je n'ai pas le droit de filmer pendant les bains libre. Je vais tenter de demander à la coach local. "

 

Nous attendons VOS COMMENTAIRES.

raymond

 

Comments   

0 #1 raymond 2015-05-04 09:03
Manifestement notre ami débute dans la fonction d’entraîneur.
Il a la sagesse de poser le problème en nous demandant « par quel bout réfléchir ? » nous traduisons : comment bien poser le problème ?
Nous savons qu’il s’agit d’un triathlète dont la préparation concerne en partie la natation. Dans ce domaine il convient de le transformer le mieux possible en nageur.
Les premières interventions semblent pertinentes. Travailler le plongeon, c’est construire la posture du nageur : immersion, alignement, indéformabilité. Si les informations sont exactes, le résultat est plus qu’encourageant. Gagner dix minutes ou six cents secondes sur 1500 m. se traduit par un gain de quarante secondes au 100 m. (sic) !!!
Nous attendons confirmation des chronos au départ et maintenant pour suggérer de poursuivre en ce domaine postural et vraisemblablement respiratoire.
Les informations relatives à la manière selon laquelle ce nageur se propulse sont particulièrement vagues : l’entraîneur n’a que des « impressions » . Or , c’est précisément des observables qui nous permettent de situer le nageur à tel ou tel niveau de sa construction. Nous conseillons à notre collègue de se reporter à l’arbre de construction du nageur, présenté lors d’un de ses passages à Dinard.
Nous aimerions savoir ce qu’il attendait en demandant au nageur de réaliser la plus grande vitesse sur 50 m. ? A-t-il chronométré cette performance ? L’a-t-il mise en relation avec la vitesse moyenne sur 100 m. du parcours de 1500 m. ? Qualitativement, nous aimerions connaître les caractéristiques de ses « mouvements » avant et pendant cette épreuve.
Le triathlète est confronté dans sa pratique sportive à la spécificité de la force en intensité croissante lorsqu’il aborde le parcours dans l’eau. C’est un domaine important à privilégier le moment venu.
R.
Quote
0 #2 Pierre BUISSON 2016-03-12 16:58
Un pour tous, tous pour un !

Comme N.K, PMB tente de proposer (sans imposer) dans son propre pays (la France), une approche différente de l'apprentissage aquatique, cautionnée à l'époque par le ministère Jeunesse et sports…

Très peu connue aujourd'hui, ce concept s'inscrit « à courant différent » des pratiques et des modes de pensées, qui la considère suspecte !

Son principe est basé sur l'usage d'un bassin dont l'ergonomie facilite une familiarisation aquatique progressive et sans appréhension et dont les mensurations plus modestes peuvent répondre à des territoires sans moyen d'avoir une piscine « traditionnelle »…

Cette disparité d'équipement génère autant de public qui n'accède pas au savoir nager...

Tous lecteurs qui peuvent aider PMB comme N.K sont bien venus ! Merci
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form