0
0
0
s2smodern

Départs en DOS

{youtube}qk_FNfqD4fI{/youtube}

Jean-Christophe et Philippe se sont associés pour nous offrir ces images de Dylan réalisant, selon deux modalités un départ de nage sur le dos.

Nos visiteurs on pu apprécier l’innovation et se questionnent sur son avenir.

Au-delà de la prouesse peut-on imaginer un gain de temps appréciable pour les épreuves de nage sur le dos dans les compétitions ?

Mécaniquement, le fait de partir de plus haut pour réaliser une trajectoire aérienne en entrant plus loin fait pratiquement disparaître les résistances jusqu’au point d’entrée et assure une plus grande vitesse horizontale à l’entrée à l’eau et au-delà.

Cependant il convient d’évaluer également si les phases qui précèdent l’impulsion déclenchée par le nageur ne requièrent pas une préparation coûteuse en temps ?

Le point délicat se situe avant et à partir du commandement préparatoire « à vos marques » !

Le règlement stipule bien que le nageur doit se tenir immobile avant le signal de départ effectif. Cela implique que son centre de gravité se situe en deçà de la verticale du plot et du mur.  Dans le départ classique, par contre, ce centre se trouve déjà au-delà de ces mêmes repères.

Les images nous montrent également que le déséquilibre qui s’accompagne d’un fléchissement de tous les segments les uns par rapport aux autres pour être accéléré,  demande un certain temps.

Mais il permet de donner au corps durant l’extension de ces segments un temps d’accélération ou d’impulsion plus long.

La direction de l’envol est ascendante jusqu’au point haut de la trajectoire et voit la concavité dorsale se creuser pour amorcer le trajet descendant vers la surface de l’eau.

Rapidement cette dernière précède la zone d’ondulations qui retarderont la perte importante de vitesse avant la reprise de nage.

raymond

 

Comments   

0 #1 Gérard GOSSET 2013-10-21 15:58
Gérard GOSSET,
Je ne sais si certains visiteurs du site ou animateurs ou nageurs ont essayé ce départ en dos que réalise Dylan?
En ce qui me concerne après trois essais sur la base des plots, une "claque sur le dos" faible a ponctuer les trois malgré une extension de la tête pour voir le plafond et même le mur derrière au loin. La hauteur du plot est peut être aussi nécessaire pour le trajet descendant.
Sur la vidéo on peut observer que la tête n'est pas en extension, par contre la courbure dorsale est très prononcée, une "souplesse - tonique " de cette région est utile à cette intention. Certainement que l'extension vers le haut des membres inférieurs doit favoriser la hauteur de "l'envol".

Bons envols aux "pilotes d'essais".
Quote
0 #2 raymond 2013-10-26 09:51
il nous manque la trajectoire sous la surface pour compléter notre connaissance de cette action. En observateur éclairé Marc nous a dit que le nageur tournait la tête avant l'entrée à l'eau. Il serait utile d'en connaître le pourquoi ! Y a-t-il une relation avec le fait que les membres inférieurs s'écartent beaucoup l'un de l'autre pendant la trajectoire aérienne. Cela semble curieux ou inutile "logiquement".
En ce qui concerne la témérité de Gérard d'aborder directement cette action : bravo. Mais ne pourrait-on penser que réussir préalablement le départ ventral se terminant en arrivée dorsale faciliterait la tâche ???
L'entrée par le front est un élément organisateur de la posture en "grande courbe dorsale" qui organise le débutant. Partant de plus haut et conservant l'indéformabilité Dylan présente à l'entrée à l'eau un "alignement intéressant" pour piloter la trajectoire.
L'exploration de cette prestation ne fait que commencer.
merci à tous ceux qui y participeront.
Quote

Add comment




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern
   

Login Form