Technique

0
0
0
s2smodern

CONNAISSEZ-VOUS LA NATATION ?

 

C’était au départ un simple jeu de devinette.

La mauvaise qualité de l’image s’explique du fait qu’il s’agit d’une photographie d’écran lors d’un « arrêt sur image ».

Combien serez-vous à proposer le mode de nage de ce nageur qui est monté sur le podium lors d’une Olympiade ?

Les plus perspicaces peuvent aussi évoquer la cohérence de ce qu’ils remarquent.

A bientôt sur le site !

 

 

Lire la suite : CONNAISSEZ-VOUS LA NATATION ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern
Lire la suite : Battements des jambes : questions et réponses

Battements des jambes : questions et réponses

 

Suite aux questions de theyves:

  

Est-ce parce que le nageur augmente la puissance de ses membres supérieurs que les battements entrent en jeu ?   La réponse est oui.  Il suffit de regarder un nageur de 1500 et un nageur de 50 pour voir la différence de l'action.  Il faut aller plus loin dans l’observation pour constater qu’à l’approche des virages également  les battements sont modifiés.  Celle-ci, en effet, nécessite une anticipation posturale pour déclencher le virage.  Les battements vont alors stabiliser le reste du corps.

L’analyse des mouvements et de  leur mécanisme nous impose de comprendre l’action du « moteur du propulseur » en l’occurrence le grand dorsal.  Lorsqu’il est sollicité à pleine puissance, le grand pectoral qui rapprochait le geste de l’axe du corps n’a plus la puissance suffisante pour y résister.  Le passage latéral du bras qui en résulte  a pour conséquence de faire sortir le corps de son alignement.  Pour préserver cet alignement les membres inférieurs entrent en jeu.    


Ou est-ce que le déclenchement des battements plus intenses se répercutera sur la puissance des membres supérieurs ? Nécessité d’envisager un ordre temporel.  Le déclenchement est-il la cause ou la conséquence ?   Sur la puissance non mais surement sur la durée de l'amplitude oui.  A clarifier !

 

Merci à notre collègue d’aborder ce problème récurrent.  Il est important de dépasser la simple description des mouvements pour envisager leur fonction dans le fonctionnement de l’ensemble.

raymond

 

 

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Seule, l’analyse des images permettra de confirmer ou infirmer nos hypothèses.

 

Lire la suite : Seule, l’analyse des images permettra de confirmer ou infirmer nos hypothèsesSi « un fait n’a d’intérêt que dans la mesure où il est déterminé » (Henri Wallon), il est très encourageant de voir les entraineurs avancer des hypothèses et le site remplir sa fonction d’enrichissement collectif à travers la diversité des échanges. (Voir l’article Membres supérieurs et membres inférieurs : identité des fonctions ? )

Ce qui est remarquable dans la lecture du tableau, c’est que tous les nageurs et toutes les nageuses sans exception se comportent de la même manière.

Notre questionnement initial s’oriente vers les lois de la physique et singulièrement vers le premier principe de Newton. En effet, pour qu’un corps modifie son état de mouvement ou de repos en fonction d’un référentiel, il faut qu’une cause intervienne. Trois sont évoquées : changement de vitesse, changement de direction, changement de forme.

La fréquence élevée des battements de jambes plaide en faveur de faibles variations de vitesse instantanée sur la quasi totalité du parcours. Le changement de direction n’est pas repérable en l’absence de changement de sens (virage).

Effectivement, en relative apesanteur, les actions des membres inférieurs (M.I.) ont besoin d’appui sur les autres parties du corps non impliquées dans les poussées qui auront tendance à se déformer. La stabilisation par tenue plus ferme de la planche procurerait cet avantage.

Il me semble que l’on doive également prendre en considération le fait que l’appui sur la planche enfonce l’autre extrémité du corps entrainant par réaction une flexion plus prononcée des jambes sur les cuisses ayant pour conséquence une poussée rétrograde accrue dans leur extension.

Seule, l’analyse des images permettra de confirmer ou infirmer nos hypothèses.

Encore merci à tous les intervenants que nous encourageons à poursuivre les échanges.

raymond

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Position allongée, étoile de mer et flottabilité

REPRÉSENTATIONS ET RÉALITÉS - Les CONCEPTS PERNICIEUX IMPORTÉS

 

Il y a quelques jours, un jeune en formation m’adressait un message que j’ai interprété comme fortement teinté d’inquiétude et presque de détresse. C’est, je pense, une personne particulièrement impliquée attentive à ce qui lui est apporté en cours et curieuse en outre de compléter sa formation par des lectures.

Après ce qu’il vient de lire dans la Natation de Demain : « La flottabilité est un problème de densité relative du substrat et du corps en relation avec le substrat. La densité, pour les corps solides et les liquides est le rapport entre la masse volumique du corps et celle de la masse de l’eau mesurée dans des conditions précises de température, qui sert de référence (un décimètre cube et un kilogramme).

Sa question est ainsi formulée : «  Voulez vous dire que la surface corporelle n'est pas élément discriminant comme indique le site ? » Manifestement, son formateur vient de lui dire le contraire.

D’où cette nouvelle question : « Que se passe t-il si je passe de la position allongée bras dans le prolongement du corps à l’étoile de mer, vais-je améliorer ma flottabilité ? ». Comment un responsable en formation peut-il encore de nos jours propager de telles absurdités ?

Le problème se doit d’être correctement posé du point de vue de la physique dans le domaine de la « statique » lorsque des forces agissant sur le corps « C » dans le liquide « E » s’annulent. La force s’exerçant sur le corps C est la pesanteur et son point d’application le centre de masse ou géométrique. L’intensité de 1 g, la direction (la verticale) ; le sens de haut en bas. Simultanément, et parce qu’il est immergé, le corps C reçoit du liquide, selon la même direction mais en sens contraire une autre force : la « poussée d’Archimède » dont la grandeur est égale « au poids du liquide du volume déplacé (celui occupé par le corps C ; le point d’application se situant « au milieu géométrique du volume déplacé et appelé : « centre de poussée ».

Que « déclenche » une transformation du corps C ? Changement de forme dans l’espace : par exemple « Que se passe t-il si je passe de la position allongée bras dans le prolongement du corps à l’étoile de mer » ? Question : un écartement des membres supérieurs et inférieurs de l’axe du corps modifie-t-il la masse du corps C (et son poids) ? En toute logique il faut répondre NON ! Question complémentaire : « en modifie-t-il la VOLUME ? » Si le déplacement des membres supérieurs entraine une modification des courbures vertébrales et particulièrement celles de la région dorsale la réponse probable est OUI !

En conséquence si l’une des composantes VOLUME/MASSE est modifiée, le rapport volume/masse ou DENSITÉ se trouve modifié. Augmentation du volume pour une même masse implique diminution de la densité et accroissement de la flottabilité.

Lorsque l’on examine isolément la densité de l’eau et celle du corps C dans laquelle ce dernier est immergé, on a tendance à les considérer dans leur « immédiateté » et par conséquent leur « invariabilité ». MAIS si l’on interroge leur réelle variabilité, complexité et interdépendance, on est amené à prendre en compte ces dernières réalités.

Lire la suite : Position allongée, étoile de mer et flottabilité REPRÉSENTATIONS ET RÉALITÉS - Les CONCEPTS PERNICIEUX IMPORTÉSUn corps flottant stable (ne présentant que peu ou pas de variations de l’horizontalité des épaules) fut longtemps préconisé par les  « techniciens » bien que la brasse ait déjà perdu sa suprématie dans les pratiques. Si nous les interrogeons dans leur évolution et leurs formes les plus élaborées et singulièrement celles des nages alternées, nous sommes interpellées par l’importance du roulis, à la limite de la verticalité du plan des épaules, chez les meilleurs nageurs. Voir « La Natation de Demain » pages : 54 (3 images) et 56 (fig.3). On retrouve des valeurs comparables en crawl au moment où le « grand dorsal » développe sa puissance maximale. Cette capacité à gérer l’équilibre autour du roulis n’est pas à combattre mais à rechercher. L’étoile de mer irait donc à contre-courant de ce qu’il convient de développer.

Lire la suite : Position allongée, étoile de mer et flottabilité REPRÉSENTATIONS ET RÉALITÉS - Les CONCEPTS PERNICIEUX IMPORTÉSChacun s’est progressivement construit un ensemble de notions à l’approche de nombreux domaines sans nécessairement tenir compte de leur spécificité. C’est ainsi que très souvent se trouvent utilisées des notions logiquement absentes d’un domaine donné mais empruntées à un autre (et importées) . Elles ont l’apparence du vrai, du savant et s’immiscent d’autant plus facilement dans le langage. Par exemple la confusion est fréquente entre l’hydrostatique et l’hydrodynamique lorsque pour la première on emprunte des notions spécifiques à la seconde, telles la forme et la surface. La formule de la résistance aux déplacements faisait référence aux caractéristiques de forme pour attribuer une valeur donnée au fameux « K » (coefficient de forme) impliqué lorsque l’on évoque le déplacement d’un solide indéformable dans un liquide. C’est ainsi que pour un même maître couple, de la forme de la « goutte d’eau » à celle du « disque plat » le coefficient va croissant. De même, évoquer « le point d’appui » d’une surface déplacée dans l’eau relève de la même incohérence. Il faut lui substituer la notion de « masse d’appui ». Autre erreur coupable, emprunter à un fluide gazeux compressible le concept de « pression » (produit constant du volume par la pression) pour évoquer l’effet d’un déplacement d’une surface dans un liquide « incompressible ». Il résulte de ces pratiques incontrôlées le flou des mots utilisés dans les définitions, des imprécisions dans la représentation des structures, des erreurs dans l’idée que l’on se fait du fonctionnement.

Par défaut de vigilance, la pensée spéculative irrationnelle vient immédiatement se substituer à la pensée rationnelle et à ses conditions : « définition de l’objet » (ce dont on parle), « rigueur du jugement », « rigueur de la conduite du raisonnement » et surtout « administration de la preuve », pour laisser libre cours à l’idéologie (monde imaginé) sur lequel on va intervenir en se donnant l’illusion que l’on est en présence des réalités.

 

2 Janvier 2018

raymond

 

 

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Membres supérieurs et membres inférieurs : identité des fonctions ?

 

« Un esprit qui n’est point curieux m’irrite et m’étonne »

Anatole France

Est curieux celui qui a un grand désir de voir, d’apprendre, de savoir. Notre auteur se serait-il insurgé de lire que la responsable du service recherche pouvait se satisfaire d’ « une intime conviction » ?

Le terme « conviction » : idées, opinions que l’on tient pour vraies et auxquelles on est très attaché prend un tout autre sens dans l’expression « pièce à conviction » : élément établissant la preuve évidente et indiscutable d’un fait.

Le fait qui nous interpelle concerne à la fois la formation et l’entraînement des nageurs. Une longue tradition liée probablement à la démarche pédagogique spontanée veut que l’on aborde ce apparaît d’emblée comme complexe en dissociant ses éléments. En les isolant avant de les regrouper ou les coordonner.

Comme toute autre locomotion, l’activité natatoire mobilise dans son fonctionnement les membres supérieurs et les membres inférieurs. Cette mobilisation simultanée implique-t-elle une identité des fonctions ? La course à pied nous semble être une référence intéressante en ce sens qu’elle est originale en ce qui concerne son acquisition, son fonctionnement et dans certains cas son entrainement.

Des FAITS analogues peuvent être relevés : on court plus vite en mobilisant (spontanément) les membres supérieurs et inférieurs que si l’on entrave les membres supérieurs. On n’en tire pourtant pas la conclusion que « les membres supérieurs sont propulsifs en course à pied » ! On ne voit pas les entraineurs en athlétisme déclencher séparément l’entrée en jeu du train inférieur et du train supérieur de leurs élèves.

Selon les contrées, les climats et les « pédagogies » une priorité a été donnée dans la locomotion aux membres inférieurs pour repousser l’eau (nage des terriens dans l’eau, à orientation oblique du corps pour préserver la sortie de la tête) ou une nage plus économique avec le corps plus à plat utilisant les membres supérieurs de manière cyclique pour pulser l’eau. Dans les deux cas, la sortie de l’eau de la tête entraine un enfoncement des membres inférieurs contradictoire avec une poussée efficiente des membres supérieurs dans les nages alternées. Spontanément, dans un processus d’équilibration (remettre le corps à plat), les membres inférieurs subordonnés aux actions cycliques des membres supérieurs déclenchent des battements.

Lorsque l’on réalise isolément des battements de jambes on constate qu’ils propulsent le corps. L’usage d’accessoires pour « immobiliser les membres supérieurs » permet curieusement d’accroitre le rendement des membres inférieurs.

Je dois à la complaisance de Richard, la récolte des données qui suivent et interpellent « l’esprit curieux ». Le protocole était le suivant :

Il s’agit de chronométrer plusieurs manières de parcourir (en bassin de 50 m.) un déplacement jambes seules à vitesse maximale :

- sans matériel, bras dans le prolongement du tronc  sans ondulations sous la surface

- avec planche tenue par son bord le plus proche du nageur

- avec planche tenue par son bord le plus éloigné.

On admettra que la poussée initiale au mur sera équivalente mais si cela ne te pose pas de problèmes départ sans contact avec le mur.

 Lire la suite : Membres supérieurs et membres inférieurs : identité des fonctions ?

La question posée à nos lecteurs : Comment expliquez vous le fait que l’utilisation de la planche accroisse la vitesse de déplacement ?

Direz-vous que la planche est propulsive ?

N’hésitez pas à réagir (votre anonymat sera respecté si vous le souhaitez)

A tous merci

raymond

 

 

0
0
0
s2smodern