Pédagogie

"la pédagogie ne consiste pas à demander mais à obtenir"

0
0
0
s2smodern

LEXIQUE – « variantes » ? Le sens de quelques notions indispensables pour échanger sans ambiguïté.

 

 

  • COMPARABLE

    ce qui permet la recherche des ressemblances et des différences.

     

  • ÉQUIVALENT

    ce qui comporte la même quantité, la même valeur (par ex. même surface, forme différente) la qualité peut être différente.

     

  • IDENTIQUE

    ce qui est le même, semblable, pareil (qualitativement et quantitativement).

     

  • VARIABLE

    quantité susceptible de changer de valeur.

 

  • VARIANTE

    chacune des formes d'une même réalité ; (une variation change ce qui en résulte ! ).

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

Klicken Sie hier für die Version in französischer Sprache

Suite à la question de JG:

Lors de différents échanges, il a été débattu des critères qui permettraient de repérer le passage ou non à la pédagogie de l'action. D'autres échanges cherchaient à en délimiter les frontières en essayant de savoir si telles tâches ou suites de tâches pouvaient être en cohérence ou non avec la pédagogie de l'action. Enfin au travers d'autres échanges, on peut en glaner des caractéristiques:

  • Elle s'oppose à la pédagogie traditionnelle

  • C'est une pédagogie où il n'y a pas de défauts mais des niveaux d'organisation

  • Elle met en action l'apprenant

  • Elle tient compte d'une logique de construction

  • Elle s'appuie sur un modèle théorique dépassant le concret pour mettre à jour le réel

  • Elle s'appuie sur le résultat à atteindre ou sur l'intention pour obtenir des coordinations

  • Elle cherche la rationalité et l'efficience

  • Elle refuse le « comprendre pour réussir »

  • Elle cherche à obtenir sans demander

Aujourd'hui, ce terme a commencé à se diffuser dans le milieu professionnel et est peut-être utilisé abusivement certaines fois. Aussi, afin qu'il garde son sens et ne devienne pas un terme vide , il serait utile de mieux le définir.

Je pose donc très naïvement la question:

La pédagogie de l'action C'EST QUOI?

Les caractéristiques énoncées plus haut suffisent-elle à la définir?

JG

La pédagogie de l'action C'EST QUOI?

Entrer dans la pédagogie de l'action ne se décrète pas.

S'y retrouver en permanence, en plus des critères et conditions évoquées par JG, suppose une "attitude expérimentale" et une démarche qu'Alain avait à Châtillon définie "hypothético-probabiliste".

Chaque situation s'inscrit sur une trajectoire, celle de la biographie du sujet (ce que la vie a fait de lui) au moment où nous intervenons et s'ouvre alors sur une vision de ce que peut constituer un dépassement, un progrès (on est dans l'hypothèse).

Pour en vérifier le bien fondé on pose au sujet un problème nouveau, qui suppose pour être résolu, la solution que le sujet devra mettre en oeuvre (on est dans un probable s'inscrivant dans la direction choisie) laquelle sera jalonnée par une suite de problèmes nouveaux ou complémentaires.

Si l'on reprend la liste de JG, on doit la compléter, à chaque item, par des questions de l'ordre d'un comment, d'un c'est-à-dire, c'est quoi ? Etc.

Cette pédagogie est une action du maître et non un discours sur l'action pour aider celui qui apprend dans ses actions.

 raymond

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

 

" une conception originale de la natation et de son enseignement nourrie de l'apport des sciences et connaissances disponibles "

 Lire la suite : Une conception originale de la natation

 

0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

DEBUTANTS EN 2011 - ALAIN BUONO

Alain BUONO qui m'honore de son amitié a vécu l'aventure des stages Maurice Baquet et actuellement encore s'implique avec succès dans les formations de cadres dans plusieurs disciplines.
 La richesse de son expérience et la pertinence de sa réflexion m'ont toujours été précieuses.
 Il m'a autorisé à reproduire le texte que je vous livre en souhaitant qu'il vous interpelle et vous incite à nous livrer VOTRE réaction.

raymond

 

LES STAGIAIRES DEBUTANTS DE 2006

J'écrivais en 1986 : “ les stagiaires débutants de 1986 sont différents des
 stagiaires de 1966 (mon premier stage à SETE ) 
ILS SONT CEPENDANT DES DEBUTANTS ! ”

J'écris en 2006 ( pour faire 20 ans de plus !!!)

Les stagiaires de 2006,
 s'ils sont débutants ressemblent ETRANGEMENT aux débutants de 1986 et 
de 1966 : c'est incroyable, époustouflant :

  • Ils prennent les enfants pour des adultes en réduction qui ne savent 
pas encore, qui ne peuvent pas encore ...

  • Ils prennent l'animateur pour celui qui impose son autorité, garantit 
l'ordre, est au centre de l'acte pédagogique, doit tout expliquer à 
l'enfant, etc ...

  • Ils ne voient dans l'activité pratiquée que les éléments les plus
 visibles, des “ états ” : le coup doit, les pas chassés, le dribble, 
la passe, le tir, etc ...

  • Pour eux apprendre c'est expliquer, démontrer, faire répéter, …

De stage en
 stage, je peux observer cela et dans nos clubs, aussi, 
quand les animateurs débrouillés, éphémères nous quittent pour leurs
 études ou un travail lointain, les nouveaux pleins de bonne volonté,
 d'entrain, de désir de bien faire, se présentent à nous et aux enfants
 avec les mêmes caractéristiques que les “ anciens ” débutants, que ceux 
de … 1966 !!!!

MAIS QUELLES SONT DONC LES RAISONS, LES CONDITIONS QUIPRODUISENT AINSI A CHAQUE FOIS LES MEMES TYPES DE DEBUTANTS !?

Alain Buono


0
0
0
s2smodern
0
0
0
s2smodern

auto-socio-construction / auto-socio-costruzione



Ce concept d'auto-socio-construction, inventé par les Bassis ( Henry et Odette ), est issu du travail de grands noms de la psychologie constructiviste parmi lesquels on peut citer Piaget et Wallon.

 

auto-socio-construction

un nom compliqué

une notion fondamentale

 

L'apprentissage n'est pas affaire de recettes mais de stratégie.

Voilà pourquoi les outils proposés par le G.F.E.N. constituent des démarches.

 

Le savoir ne se transmet pas, il se construit.

Voilà pourquoi les démarches élaborées par le G.F.E.N. sont dites constructions de savoir.

 

L'acte d'apprendre est un acte singulier, individuel.

On n'apprend pas à l'enfant (à l'homme), c'est lui qui apprend.

Voilà pourquoi les démarches imaginées par le G.F.E.N. sont dites d'auto-construction.

 

L'apprentissage se conduit dans un cadre socialisée.

J'apprends avec et contre les autres.

Avec : la coopération. Contre : la contradiction, la confrontation.

Voilà pourquoi les démarches inventées par le G.F.E.N. sont dites d'auto-socio-construction.

 

Pour aller aux sources =

GFEN – definition d'auto-socio-construction

GFEN – démarche d'auto-socio-construction

GFEN – Groupe Français d'Education Nouvelle

Questa idea di auto-socio-costruzione, inventata da Henry e Odette Bassis, deriva dal lavoro dei grandi nomi della psicologia costruttivista tra i quali possiamo citare Piaget e Wallon.

 

auto-socio-construzione

un nome complicato

une nozione fondamentale

 

L'apprendimento non è questione di ricette ma di strategie.

Ecco perché gli strumenti proposti dallo G.F.E.N. consistono in modi di fare (percorsi).

 

Il sapere non si trasmette, si costruisce.

Ecco perché i percorsi elaborati dallo G.F.E.N. si dicono costruzioni di sapere.

 

L'atto di imparare è un atto singolare, individuale.

Non si insegna al bambino (all'uomo), è lui che impara.

Ecco perché i percorsi immaginati dallo G.F.E.N. si dicono di auto-costruzione.

 

L'apprendimento ha luogo in un ambito socializzato.

Imparo con e contro gli altri.

Con: la cooperazione. Contro: la contraddizione, il confronto.

Ecco perché i percorsi inventati dallo G.F.E.N. si dicono di auto-socio-costruzione.

 

Per conoscere le fonti =

GFEN – definizione di auto-socio-costruzione

GFEN – percorsi di auto-socio-costruzione

GFEN – Groupe Français d'Education Nouvelle

 

 

0
0
0
s2smodern