0
0
0
s2smodern

Choisir les tâches

 

Suite à la question de NA:

Bonjour,

Je vous contacte par rapport à vos 8 séquences pour passer d'un corps pesant à un corps flottant. Je suis enseignante en primaire, nageuse à la base, mon mari est formateur au CREPS en natation. Je suis plutôt bien placée pour animer mes séances de natation en milieu scolaire mais je me trouve confrontée au problème des enfants (2-3 maximum) refusant d’entrer dans une eau profonde. Je me trouve avec des enfants ayant peur de l'eau. Que me conseillez vous pour les faire accepter de descendre dans un grand bassin ?

D'avance merci pour votre retour.

NA

 

Chère collègue,

Ne connaissant pas l’effectif de votre classe, ni l’âge des enfants évoquer un pourcentage d’enfants n’entrant pas d’emblée en eau profonde est risqué.  Nous avons l’impression qu’il est « trop important ».

Si nous évoquons le dernier séminaire de Dinard, nous avons eu un cas sur plus de 200 élèves des grandes sections maternelle jusqu’au CM2.

Pour permettre aux jeunes stagiaires de poursuivre l’animation du groupe, je décide de m’occuper personnellement du cas.  J’évoque avec ce jeune garçon le contrat didactique l’informant de ce qui se passera dans la situation. Puisque la réussite de la tâche le fera progresser sans qu’il entraîne le moindre risque, pour lui ou ses camarades le seul choix qu’il lui est proposé est le suivant : « Tu y vas seul en te servant de l’échelle ou non ou c’est moi qui te descendrai lentement dans l’eau ( tu n’auras pas la tête sous l’eau ) ! ».

Comme il manifeste en criant, je lui dis que  je serai indifférent à ses hurlements et lu laisse trois secondes pour choisir.  Situation particulière : sa mère était présente dans la tribune et il la regardait à plusieurs reprises.

b_342_256_16777215_00_images_oziogallery3_foto_descendeauDNDVD2.jpegUne fois dans l’eau, il n’a pas cherché à sortir et s’est montré actif dans les modalités de déplacement.  Par contre, sa mère apeurée a saisi le bras de Marc, témoin de la scène et lui a appris que le matin son père lui avait interdit d’aller dans le grand bain. D’où la question : « l’enfant avait-il réellement peur ? »

Je vous conseille la lecture de 2 textes dans « la natation de demain » :

-  annexe 3, page 189

-  annexe 8, pages 214 - 215

en souhaitant que vous y réagissiez et restant à votre disposition pour poursuivre l’échange.

Le maitre, en toute connaissance de cause, se référant à la didactique de la discipline, choisit les tâches que les élèves peuvent et doivent réussir.

Bien cordialement,

raymond

 

Commentaires   

0 #1 Gaëtan 24-09-2018 09:48
Cher Raymond,

dans bien des situations supposées amener un progrès, le véritable obstacle se révèle être les parents, les influences diverses, plutôt que l'individu lui-même !!

Les fameuses représentations, dont le rôle est déterminant, y trouvent leur fondements.

C'est un cas de figure qui se présente également dans la pratique compétitive, lorsque les parents soumettent au nageur des idées, des images, qui ne sont pas en adéquation avec le modèle de l'éducateur-entraîneur.
Citer

Ajouter un Commentaire

 




AntiSpam : Compléter la tâche
0
0
0
s2smodern